Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 19:55
Journée de grève générale, part II

Mais qu’est-ce que je dirais à mes enfants, voire mes petits-enfants, si j’en ai plus tard, qu’est-ce que je leur dirai quand ils me diront : "Hé ! papa (ou papy) t’as déjà manifesté, toi ?" Bah oui, à un certain âge, les enfants ont besoin de savoir que leurs parents se sont battus fermement pour un idéal avant de se ranger, d’avoir une vie de famille et de se consacrer à leurs pommes. Ils ont besoin de savoir que leurs parents ont défendu avec force leurs rêves et leur peau. Ce qu’il leur restait de leur enfance. Parce qu’ils se sentent eux-mêmes en perte d’enfance alors ça les titille ce choix, ce dilemme, ça leur fait peur. Ils sentent aussi que le rapport primaire parents-enfants se désagrège et qu’ils vont bientôt devoir le réinventer, quand ils seront adultes. Et à ce stade, ils aimeront avoir à faire avec des adultes sains, qu’ils estiment un minimum en tant que tel, dans leurs choix et leur parcours personnels. Car ils ne seront plus que parents. Ce sera trop facile de se retrancher dans ce rôle. Il devra faire face à ça, l’enfant. Et les parents aussi.

Alors, je leur dirai quoi à mes enfants ou mes petits-enfants ? Je leur dirai : "Oui, Papa s’est battu pour quelque chose. Il s’est battu pour lui. Pour sa propre réussite, son propre épanouissement, pour trouver un métier et un chemin de vie qui ne laisse pas ses rêves d’adolescents et sa part d’enfance sur le bas-côté. Il s’est battu pour exercer un métier qui corresponde à ses valeurs, ses idées. Pour ainsi rester jeune, ouvert, cultivé, devenir sage mais toujours agité, intéressant. Pour ne pas vieillir trop vite ou devenir aigri, pour avoir quelque chose à dire et à vous transmettre, autre que de l’argent et des souvenirs datés. Pour que vous souhaitiez juste m’écouter et peut-être tirer profit de certaines choses que j’ai pu vivre. Voilà, c’était cela son engagement à Papa. C’est pour cela qu’il s’est battu. C’est un combat qui vaut ce qu’il vaut, qui n’était pas collectif, pas très élevé, pas très idéaliste, mais qui correspondait à son idéalisme à lui, qui était assez réaliste et qui n’était pas gagné d’avance. Papa, il se disait juste que si chacun faisait ce combat ordinaire pour rester un être humain qui puisse se regarder dans le miroir de ses rêves, le monde irait mieux et on n’aurait pas besoin de descendre manifester dans les rues." Petit, Papa était con. Merde, merde, merde.

(la photo vient de http://photos.blogs.liberation.fr/)

Partager cet article

Repost 0
Published by sylvain Fesson - dans divers
commenter cet article

commentaires