Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 19:46
Journée de grève générale, part I

Nous sommes le mardi 28 mars 2006. Je suis derrière mon écran, peinard. Je dis 28 mars 2006 parce que ce n’est pas anodin, c’est jour de grève général et je devrais être en train de manifester dans la rue, sous la pluie. Enfin c’est ce qu’on me dit. C’est ce que m’ont dit mes collègues surveillants et les CPE du collège où je bosse 24h par semaine : "Sylvain, vient manifester avec nous à Place d’Italie contre le CPE". (Attention, il ne faut pas confondre CPE et CPE, Contrat Première Embauche et Conseiller Principal d’Education. Il y a des gosses à l’école, ils confondent. Ils disent : "Mais on n’est pas contre vous Madame. Parfois vous nous mettez des heures de colle, mais on n’est pas contre vous". Ils sont marrants les gosses, crevants souvent, mais marrants.)

Mais bon, moi manifester, ça n’a jamais été mon truc. Alors j’ai dit non à la CPE (vous suivez ?) : "Non Madame, je vais lâchement chez moi à bosser et tant pis si demain on me dit : "Ouhhh, Sylvain il est individualiste. Ouhhh Sylvain il est en sucre !"". Bah oui, parce qu’en plus, il pleut. Non que je sois pour le CPE, c’est juste que, j’avoue, je ne suis jamais descendu dans la rue pour manifester avec des potes, des banderoles en scandant des messages et tout ça. Je n’ai jamais vu ce que j’avais à y faire, jamais vu en quoi j’aurais pu être utile. Pour le CPE, j’ai essayé de me motiver, c’est quand même important, je me suis imaginé défilant dans la rue et je me suis juste trouvé nul, inutile, transparent. Je n’aurais servi à rien. En tant que pigiste galérien d’ailleurs, ça m’aurait fait une belle jambe d’être dans le cortège. En quoi ça me touche le CPE, ce n’est pas en défilant que je vais percer dans le milieu ? (Je sais tout le monde se dit ça, reste la tête dans le guidon de son propre job, ses propres intérêts et c’est pour ça qu'on fonce socialement droit dans le mur, parce que la précarité ou la menace de la précarité, on se la coltine déjà tous au quotidien, alors on préfère pédaler pour sa gouverne pour s’en sortir.)

Alors voilà, avec tout ce que ça a d’anti-citoyen et d’égoïste, je suis bien mieux chez moi à faire avancer ma petite entreprise, qui connaît elle la crise. Je fais une machine et j’essaie de décrocher des piges en contactant des journaux. La vaisselle m’attend. Le linge attend, je dois l’étendre. Et mon frigo vide et mon ventre crient famine, me disent que je dois aller faire des courses. Je vais donc sûrement sortir d’une seconde à l’autre, descendre et marcher dans la rue, mais ce sera pour aller chez Franprix, me poser d’existentielles questions devant les pales linéaires du rayon surgelés, me demandant ce que je vais bien pouvoir mettre dans mon sac cette fois-ci, des nouveaux produits dans la fourchette de prix de ce ques mes maigres moyens me permettent, histoire de varier les plaisirs et d’égayer modestement mon quotidien.

(la photo vient de http://photos.blogs.liberation.fr/)

Partager cet article

Repost 0
Published by sylvain Fesson - dans divers
commenter cet article

commentaires