Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 01:00
Tous à la brit !











Appâté par un superbe premier album tout en déférence britpop , le 18 septembre je me suis rendu au Cleub pour voir Smile en live. Après le show j'en ai tiré une interview en mode freestyle bourré.


L'entretien n'était pas prévu. Auparavant Smile et moi avions juste sympathisé par mail. Ils m'avaient envoyé Cafe on the left bank, leur premier album. J'avais aimé. Leur avais dit que j'irai les voir au Cleub et qu'après ce serait pas de refus si on pouvait tchatcher autour d'un verre ou deux. Le concert fut top. Le son balèze. Exit la tendresse pysché de "Fires Of Frustration", "Falling stars" et "Let It Go". Ils n'ont joué que leurs titres bourrins/bourrus, ceux qui ont "Live Forever" et "I Wanna Be Adored" en ligne de mire, dévoilant pour l'occasion des titres de leur prochain album. Après le concert Denis (guitare), Guillaume (guitare), Max (basse), Laurent (batterie) et David écouteront religieusement leur prestation enregistrée par Basile, alias Juan Trip. Moi je ne pourrais m'empêcher de fredonner en boucle "You're A Junkie" et de repenser à la prestation primate/primale d'un David troublant de mimétisme avec un certain Liam. Ce lad disait : "Lennon de prenait pour Jésus. Je ne vois pas pourquoi je ne me prendrais pour Lennon." Le lillois doit donc se dire : "Liam se prenait pour Lennon. Je ne vois pas pourquoi je ne me prendrais pour Liam." D'ailleurs je crois que c'est ce qu'il a dit. Ce dont je suis sûr c'est que c'est lui a cherché l'interview. "T'es journaliste oui ou merde ? Alors pose-moi des questions." Bravant les jets de bière mon dictaphone a enregistré ce qui suit.









"Oasis est mort en 99"


"On cherche juste à sonner classique, et le classique est intemporel"



David, que veux-tu dire au public ?
David : Bonsoir, on est le meilleur groupe du Nord de la France, minimum.


Aucun groupe du Nord ne vous arrive à la cheville ?
David : Attend, je réfléchis deux secondes. Non, il n'y en a pas.


A quoi ressemble la scène rock lilloise ?
David : Bah c'est nous. Mais par principe on ne joue pas à Lille.


Pourquoi ?
David : Là-bas on a déjà fait tous les troquets, tous les estaminets, toutes les baraques à frites.


Combien de concert à votre actif ?
Denis : 80-90.
David : Si on compte les concerts de merde on doit être a une grosse centaine.


Et ce soir au Cleub c'était un concert de merde ?
Tous : Non, c'était un très bon concert.


Pourquoi ?
Denis : Le son était bien. Et le Cleub est un lieu vachement rock'n'roll. Bon ça a juste manqué de groupies. Il parait qu'il y en avait mais moi je n'en ai pas vu l'odeur !


Votre musique est déjà passée sur les ondes ?
Denis : Oui, sur Radio Campus.
David : Et sur une grosse radio belge qui s'appelle Classic 21.


Smile c'est 5 mecs...
Denis : Bah ouais parce que ça fout la merde les meufs !
David : Il y en a tout le temps un qui a envie de la baiser et ça capote !
Denis : D'ailleurs tu remarqueras aussi qu'il n'y a aucun gai dans le groupe.


Comment le groupe s'est-il formé ?
Denis : Bah à la base c'est juste moi. J'ai rencontré David sur un forum d'Oasis. Guillaume et Laurent sont venus par petites annonces. Et Max nous a rejoint récemment parce qu'il a gagné un tremplin rock local dans lequel on était jury. Je crois qu'on tient enfin le bon line up.


David, ça ressemble à quoi tes débuts dans la musique à part squatter le forum d'Oasis ?
David : Bah je faisais de la guitare chez moi et je me suis dit : "Tiens, si j'étais chanteur ?" Et voilà un jour Denis m'a dit qu'il en cherchait un et j'ai dit : "Banco". Au début j'étais un peu flippé. Mais maintenant, c'est ok. Les autres stressent mais pour moi jouer à New York ou Paris c'est pareil. Je ne change pas mon style.


Sur scène tu chantes et joue du tambourin comme si tu étais Liam Gallagher...
David : Euh oui, mais en mieux. Avec de la voix, quoi.


Ah ?
David : Bah oui parce qu'Oasis est mort en 99. Oasis j'ai arrêté en 99.


Maintenant tu es donc passé à quoi ?
David : Bah à Smile ! T'es con ou quoi ?


Et tu apportes quoi au groupe à part ta voix et tes frétillements de tambourin ?
David : La putain de classe.


Je veux dire : tu composes aussi ?
David : Oui. D'ailleurs il y en aura peut-être un ou deux compo à moi sur le prochain album. Les meilleurs. En toute simplicité. Mais pourquoi on n'est pas signé, bordel de merde !?


En France, l'industrie du disque chouchoute les groupes qui chantent en français. Surtout quand ils font de la chanson. Or vous, vous faites de la pure britpop, chant anglais inclus.
David : On est britpop mais en mieux. Si on était anglais on serait signé tout de suite.


Parlons de votre premier album, Cafe on the left bank. Déjà d'où vient ce titre ?
Guillaume : C'est le nom d'une chanson de Paul Mc Cartney.


C'est quoi ce décor d'usine désaffectée sur votre pochette ?
Laurent : C'est ce qu'il y a au-dessus de notre studio à Roubaix. On a une belle vue hein ?


Ça veut dire quoi votre slogan "Love, Wisdom & Rock'n'Roll" ?
Denis : C'est juste les choses les plus importantes dans la vie : amour, sagesse et rock'n'roll. L'amour ça va, le rock'n'roll ça va, la sagesse c'est plus dur.


La sagesse ce n'est pas incompatible avec le rock'n'roll way of life ?
Denis : Mais la sagesse c'est en tant qu'individu qu'on cherche à l'atteindre, pas en tant que groupe de rock. Et c'est plus dur d'être sage que de se conduire en parfait connard.


Ce que tu dis là c'est loin de l'arrogance britpop !
Denis : Mais on n'est pas britpop...


Bah si. Son, photos : tout chez vous ramène à 1994. Pourquoi restez-vous scotchés sur les nineties au lieu de vivre avec votre temps ?
Denis : Si être de son époque ça veut dire porter des mèches débiles assorties de slims et de cuirs H&M, franchement on préfère rester bloqué dix ans en arrière. Et puis tu dis qu'on est britpop mais nous en fait on se fout des périodes. Perso je me sens plus proches des 60's mais ce n'est pas de notre faute si des groupes ont réussi la parfaite synthèse des 60's et des 70's dans les 90's. On cherche juste à sonner classique, et le classique est intemporel. On essaie de casser des barrières !


Lesquelles ?
Denis : Les barrières de la britpop justement. Oasis, quand on n'arrêtait pas de les bassiner avec l'étiquette britpop ils disaient qu'ils faisaient juste du rock. Et bah nous c'est pareil, on fait juste du rock. Tu prends nos morceaux, genre "Give It Back" ou " In My Mind", ce n'est pas de la britpop.


Oui mais ça ce sont vos nouvelles compos. Là on parle du premier album. Avec Cafe on the left bank on est en plein dans les hymnes rock anglais de 94-96. On a limite l'impression d'avoir affaire à un tribute band britpop !
Denis : Ce n'est pas faux ! Mais c'est normal parce que le premier album c'était plus mes compos persos et à l'époque j'étais beaucoup Oasis donc voilà ça ressortait. Mais notre deuxième sera plus varié parce que maintenant tout le monde compose et on a des goûts différents. Par exemple, Max écoute plus de blues-garage, genre BRMC, etc. Voilà Smile c'est un vrai groupe, une vraie rencontre !


Alors à quoi ressemblera le deuxième album de Smile ?
Denis : Alors attention. Sur le premier on a démontré qu'on savait écrire 11 tubes. Sur le deuxième on va donc partir dans un délire plus atmosphérique, groovy et sexy.
David : On va se rapprocher un peu plus des Dandy Warhols. Mais en mieux.


Votre but, ça va rester les tubes ?
David : Bah oui, parce qu'on veut que tu sifflotes nos morceaux quand tu vas sous la douche !
Denis : Un de nos nouveau morceaux s'intitule "It Ain't No Fun" et ça parle du fait d'être toujours sur la route à faire des concerts sans gagner une thune mais aimer ça quand même. Tu rames mais tu sais pourquoi. Ça c'est ce premier morceau qui représente le plus le nouvel esprit de Smile.


Quelle est l'ambition de Smile ?
David : Conquérir le monde. Comme Minus et Cortex.


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires