Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 05:50
L'interview vérité ?


 

"Si tu crois que tu es mon ami,

tu te gourres"


"Un jour j'irai pisser sur tes hanches..."

 



Une chanson comme "Dans tes rêves", c'est un gros doigt adressé aux faux amis du showbiz ?
Ça dépend comment tu vois le morceau. "Dans tes rêves" ça peut vouloir dire "Si tu crois que tu es mon ami, tu te gourres complément" mais ça peut aussi vouloir dire "Dans mes rêves Bashung est mon ami, etc." On le prend comme on veut, c'est ça qui est bien. Avec Scrima on s'est marré à faire ce morceau en forme de name-dropping, tellement qu'on a finalement gardé la maquette du premier jet. Voilà, moi je fais aussi de la musique pour me marrer. Et puis ça fait un bel interlude dans l'album. J'aime bien les petits interludes dans un disque, comme fait Cody Chesnutt ou comme il y en a dans le R&B, ça me fait marrer.


J'ai eu l'impression que dans "Dans tes rêves" les chœurs étaient interprétés par Philippe Katerine.
Non c'est juste moi qui prends une voix aigue. Et dès que je monte dans les aigus on me dit que je fait mon Katerine. J'aime bien Katerine, et si la comparaison est si évidente, ça ne me pose pas de problème. Je préfère qu'on me compare à Katerine qu'à Teki Latex.


Pour ce disque tu aurais aimé faire un duo avec Katerine ?
Non, mon duo de rêve c'est avec Arno.


Tu chantes "De mots" avec lui. Comment ça s'est fait ?
Il y a quelques temps, Guillaume de Molina, le guitariste de mon groupe Dig Up Elvis a écrit une chanson en anglais et quand on la joue folk ça me fait penser à un hymne de fanfare un peu universel comme Arno sait en faire. Un jour je me suis donc dit qu'on devrait proposer à Arno d'écrire un texte dessus et que ce serait super si ça pouvait finir sur l'album. Il a écrit le texte et on a décidé de la chanter ensemble.


Lors de la séance d'écoute de ton disque chez Sony les attachés de presse ont été surpris lorsque je leur ai dit que j'avais décelé du Santana et du Goldman dans ce morceau. Mais j'insiste : pour moi "De mots" s'ouvre sur une guitare très Santana et à un moment dans ses couplets il y a une suite d'accords qui me fait vraiment penser à "Encore un matin" de Jean-Jacques Goldman.
Santana, je ne connais pas, je ne sais jouer qu'un morceau de lui, et Goldman, sans déconner, je ne connais pas du tout. Mais peut-être que c'est inconscient. Tout à l'heure je parlais de Gainsbourg, et bien toute sa musique elle vient de Listz et Chopin, et pourtant Gainsbourg on dit que c'est du Gainsbourg et rien d'autre. Ce qui fait le truc finalement c'est les fréquences de la voix. Une chanson d'Arno chantée par Obispo ça ne marche pas. Ce qui fait la force de "De mots" c'est donc le duo de nos deux voix et au-delà de ça la satisfaction personnelle que j'ai à chanter avec ce mec qui m'inspire, dans sa manière d'être en dehors des temps. C'est pour ça que ça fonctionne et que c'est un titre fédérateur, mais pas fédérateur branlette pour plaire à tout le monde.


Pas démago ?
Non. D'ailleurs pour en revenir à Santana et Goldman, je ne pense pas que c'était des mecs démagos, au contraire je pense qu'ils faisaient leurs trucs de manière très premier degré, et en cela c'est plutôt respectable. Après la musique de "De mots", c'est vrai qu'elle a un côté universel, populaire. Elle a ce côté hymne qui me touche énormément chez Arno. Quand je vais le voir en concert au Bataclan, je suis content de voir dans le public des meufs de 60 ans danser de manière old school comme à la Fête de l'Huma et en même temps des jeunes mecs qui boivent leurs bières et qui kiffent de le voir cracher ses tripes avec son groupe de tueurs ultra rock'n'roll. Donc voilà il y a des titres comme ça où la voix change tout. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si j'ai choisi "Les limites" comme single. Sur ce morceau, vocalement, je trace comme dans les années 60. Il n'y a pas d'effet de style. Je ne suis pas en train d'essayer de draguer les gens.


"Les figures imposées" sonne un peu cheap pop eighties comme du Daho. D'ailleurs "Soirées parisiennes" m'a carrément fait penser à "Comme un igloo"...
Sur "Soirées parisiennes" avec Antoine Gaillet, le réal', pour les cuivres j'avais envie d'aller vers Mardi Gras BB., le son de gratte je le voulais à la John Spencer et dans le cheminement de la voix vers une sorte d'acmé je me sentais proche d'Alain Kan. Maintenant, là encore, on peut aussi y voir du Santana, du Goldman. C'est tellement facile de poser des références sur une musique, je peux le faire pendant des heures et j'aurais toujours raison ! Tu peux le faire pendant des heures et tu auras aussi toujours raison ! On peut dire tout et son contraire.


Le texte de "Soirées parisiennes" brocarde la branchitude de certaines soirées de la capitale. Ce n'est pas un peu facile de balancer ce genre de critiques ?
Ce texte, je le trouve surtout très bien écrit. Ce qui est assez rare en français à l'heure actuelle.


Ok, mais le propos c'est du vu et revu et c'est dit de manière très premier degré.
(Silence.)


Je veux dire, c'est casse-gueule. En plus je ne sais pas si tu fréquentes ces soirées mais en tant que musicien reconnu tu n'es pas à l'abri d'en être, en tous cas pour le grand public tu en es forcément d'une manière ou d'une autre. On ne peut donc pas s'empêcher de penser qu'avec ce morceau tu craches dans la soupe.
Sauf que ce n'est pas du tout mon genre d'aller au Baron ! Cette chanson c'est une sorte de balade dans Paris. Ça débute dans une discothèque et ça se poursuit dans des recoins plus obscurs. Il y a un cheminement comme ça, initiatique. C'est comme quand je vais voir une expo d'un teubé d'artiste contemporain au Palais de Tokyo. Je me balade de pièces en pièces et je décrypte petit à petit son œuvre, j'accède à la compréhension du truc. Mais au-delà du sujet, j'insiste : "Soirées parisiennes" c'est un texte supra bien écrit. Qui fait des rimes comme ça aujourd'hui ? Tu peux chercher : personne. C'est BABX qui m'a écrit ces paroles, un mec qui a une vraie indépendance et une manière d'écrire qui lui est propre. On a super kiffé sur ce morceau ! J'adore ses phrases, l'investissement que ça me permet dans la voix.


Les 14 morceaux de ce disque sont très variés mais ton chant reste toujours sur le registre du crooner. Pourquoi ?
Je crois que c'est lié aux fréquences de la voix, dont on parlait tout à l'heure. J'ai une voix de basse et les mots en français touchent plus avec une voix de basse qu'avec une voix de soprano. Si tu veux c'est ce qui fait la différence entre France Gall et Patti Smith. Car voilà la musique ce n'est pas que de l'inconscient, pas qu'ésotérique, c'est aussi scientifique. Et c'est prouvé qu'une voix de basse par ses fréquences touche plus le ventre des gens. Dans l'histoire de la musique ce n'est donc pas vraiment un hasard si les chanteurs qu'on retient sont Gainsbourg, Brel, Brassens, Dutronc. Ils ont tous ont une voix de basse ! Ça me rassure. Mais bon, avec sa voix de soprano Obispo a quand même touché des millions de gens et ça on ne peut pas le nier. On verra juste ce qu'il en reste dans quelques années.


Tu as un morceau qui s'appelle "Bouche pute". De quoi ça parle ?
C'est une histoire d'amour. C'est le premier texte que j'ai écrit en français, de ma vie. Je l'ai écrit en septembre, dans mon appart, à Paris. Avec ce premier jet, j'ai trouvé mon style en français, un mélange d'énergie primaire et de sentimentalité un peu en retrait, un collage d'images surréalistes comme je pouvais le faire en anglais. Et ça ne veut pas dire que j'aime les gros mots, ça n'a aucun intérêt en soi, ça ne veut ni dire que j'appelle ma meuf bouche-pute dans l'intimité, c'est juste que j'aimais la beauté du collage. C'est comme quand je dis, plus loin: "Un jour j'irai pisser sur tes hanches pour tester ton étanchéité". Ce n'est pas là pour refléter ma sexualité, c'est juste que voilà le contraste du collage exprime bien le cri d'amour.


Deux dernières questions avant de te laisser puisque l'attachée de presse me fait signe d'abréger. Que penses-tu de Jean-Claude Van Damme ?
Euh... Je ne sais pas. Faire semblant de ne pas être conscient de parler dans un langage surréaliste ça te rend pathétique. Mais Van Damme est génial dans le sens où il fonctionne comme un chef d'œuvre d'antan, c'est-à-dire un chef d'œuvre possédant l'aura. Walter Benjamin t'en parlerait mieux que moi. Mais ce que je veux dire c'est qu'il y a des moments où Van Damme est comme auréolé d'une sorte de halo - pas forcément lumineux - et ce n'est pas du tout dégagé par lui mais par l'image qu'on se fait de lui. Et ça c'est un peu vicieux car je pense que lui n'en a absolument pas conscience. Car faut se détendre, il n'a pas inventé un langage, il est au contraire dans un truc super premier degré, super bourrin, pas bon. Donc ce que je pense de Van Damme ? Que c'est le mec le plus premier degré au monde.


Dernière question donc : tu name-droppe Corinne Touzet dans le morceau "Dans tes rêves". Pourquoi ? C'est une Milf (Mother I'd like to fuck, Nda) pour toi ?
Ah non, pas du tout.


Déjà tu sais ce que Milf veut dire.
Oui, moi aussi je télécharge des films. Mais si je la cite en fait c'est pour la rime. Touzet c'est un mot qui me fait marrer. Pas forcément parce que ça fait penser à partouze, non, juste je trouve que ça sonne bien.


Mieux que Véronique Genest ?
Oui, c'est ce que j'allais dire. Je regardais aussi son téléfilm. En fait quand j'avais 16-17 ans je passais mes jeudis soirs lose à regarder tous les téléfilms policiers de TF1. Corinne Touzet fait donc partie de mon imaginaire et de mon affect. Après, à l'époque son petit côté provincial, ses seins et son uniforme ont peut-être éveillé en moi un fantasme, mais maintenant je ne tripe plus dessus.


Ok.
Tiens à propos de ces téléfilms, je me rappelle qu'ado j'adorais leur musique. Je rêvais de pouvoir faire la musique de Navarro. Il m'est d'ailleurs venu un rapprochement assez évident dernièrement : je me suis aperçu que la musique de Grand Corps Malade puisait son inspiration dans les pianos de Navarro. Je ne déconne pas, la musique de Grand Corps Malade c'est la musique qu'on entend quand Navarro est dans son appart le soir après l'action et que sa fille lui sert un whisky. Je dis ça, ce n'est pas une critique, juste je mets à jour les ressorts affectifs sur lesquels repose sa musique et donc, probablement, une partie de l'engouement qu'il suscite. Et en disant ça on revient un peu à la démarche de Sébastien Tellier. Je veux dire "Divine", le morceau qu'il va chanter à l'Eurovision et bien pour moi ça fait appel aux Bronzés font du ski.


Pas faux, je n'y avais pas pensé. Et c'est marrant parce qu'à propos de morceau tous les journalistes, et même Tellier lui-même, citent les Beach Boys en référence. La conclusion ce serait donc que les souvenirs d'enfance ont plus d'impact sur nous que les références artistiques qu'on acquiert plus tard.
Oui parce que ça t'arrive tellement brutalement que tu n'as pas le temps de réfléchir. C'est ce qui fait que c'est si chouette de faire de la musique.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

lustucru 22/09/2008 20:44

Tu auras une petite pensée pousse poussehttp://fr.youtube.com/watch?v=QWT9v-kEGHc

Sylvain Fesson 22/09/2008 23:56


Ouais j'étais au courant de cette vidéo et de l'accident de Noël. Ce qui m'hallucine en voyant ça c'est 1) que des gens dans le public ont illico le réflexe de sortir leurs téléphones portables
pour filmer ce qui se passe, je trouve ça dingue, ahurissant et 2) que Liam fasse semblant d'aller casser la gueule du type


lustucru 22/09/2008 18:16

à propos tu vas voir tellier le 30 à l'olympia? (rhaaaaaaa si tu savais comment j'avais une réponse......mais non non non c'est décidé je laisse "au temps faire son travail" 

Sylvain Fesson 22/09/2008 18:19


Je suis dispensé, le 30 je vais voir Oasis ;-)


conrad 22/09/2008 08:57

alors ça !! c'est vraiment de la réponse qui m'éclate !!et il a donné son nom en caution à l'album minable de Wilhem, lui a même écrit un titre ou 2 encore plus minables pour le subvertir ?? open your eyes !!non je n'aime pas que Doré, mais en France actuellement c'est celui qui m'intéresse le plus !! à suivre.... bye Monsieur Fesson

Sylvain Fesson 22/09/2008 11:08


Tant mieux si ça t'éclate !


conrad 22/09/2008 01:32

Katerine a fait la star ac !!pourquoi ?? il retroune sa veste du bon côté lui aussi ??

Sylvain Fesson 22/09/2008 01:39


Bah non, il a juste voulu infiltrer le truc pour le "subvertir" de l'intérieur. Après est-ce qu'il a réussit ? Et si oui dans quelle mesure ? Dur à dire... Bon et sinon tu aimes que Julien Doré
???


conrad 22/09/2008 01:29

qu'ils soient plus talentueux ça reste à prouver !! et perso je le sens au contraire trés à l'aise le Doré, c'est même impresionnant !!l'humour on l'a ou pas, on ne joue pas au mec drôle !! lui c'est du tac au tac...et il me fait rire...aprés sa belle gueule et son air de se foutre de la gueule du monde risquent d'agacer c'est certain !! c'est les médias qui n'arrivent pas à le caser qui ne sont pas à l'aise avec lui..