Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 12:16
Feeling cosmique

















Récemment, chez moi, soirée sympatoche entre potes, pop sympatoche en bruit de fond : "Ça casse pas trois pattes à un canard ce qu'on écoute !" me sort l’un deux, vachard, comme d'hab. "Oui mais on est plus là pour discuter ensemble que pour scotcher sur le son, non ? Parce que si tu veux vraiment écouter un truc scotchant, dis-le, je te mets Star Like Fleas."


Voilà le genre de menace que vous permets de faire The Ken Burns Effect. Un disque qui impose le silence. A ne passer qu’en présence de fans hardcore de Rock Bottom. Pas le genre de trucs à faire se déchaîner les foules donc.
Pourtant ça démarre jovial. "Head Hoax" : cris de joie, youpi ya. L’impression d’être baptisé par une communauté hippie. Qu’on vient de jeter habillé dans le lac de leur comté ou de s’enfiler cul sec l’alcool du crew. La première gorgée déchire. Grosse disso free jazz tombée de nulle part. Mais ensuite ça se diffuse plus calmement. On s’acclimate et se laisse aller au dilatement de ce "Karma’s Hoax". Cette voix et cette musique emplies d’une désolation enchantée nous maintiennent la tête au-dessus du vide. Sentiment d’espace, de félicité. De tristesse et de joie mêlée.

C’est comme si on entrait dans un temple, qu’on découvrait une messe pantagruélique. Parfois c’est chaste, contemplatif : vous n’entendez aucune guitare, aucun piano, aucune corde, aucun cuivre mais un même chatoiement, une nébuleuse sonore abandonnée à sa propre lévitation, ses multiples bourgeonnements. Parfois ça festoie : vous avez le making-off terrestre de tout ça, les bruits des oiseaux, de l’équipage, des voix, un amoncellement mélodique jubilatoire très fanfare pop. Tout s’étire dans un feeling cosmique... incantatoire... océanique... panthéiste...

Un vague name dropping agite encore nos neurones : on pense à Sigur Ros (Valgeir Sigurdsson est à la prod), Mercury Rev (quelques membres du groupe sont de la fête), Grandaddy, Guillemots... Pour ce troisième album, le collectif new-yorkais s’est même nourrit de musiciens des Fiery Furnaces, Beirut, TV on the Radio et The National. Impossible de tous les citer, impossible de retenir le tracklisting de la chose (comme dans Talk about particular generalities, magnifique disque de Paul Stuart and the Sweet Powerpack) : on flotte perdu dans les hautes sphères jusqu’à ce que "Some Nettles" ne retire, d’un souffle, un cri, le tapis volant et le brasier stellaire.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

callivero 29/10/2009 23:57


Le style hippie ça m'inspire, mais en bretagne le son est pas terrible ! J'y retournerais !


SYLVAIN FESSON 30/10/2009 10:32


Salut Véro !
Moi qui me dis depuis des semaines qu'il faut que je me pose pour te donner de mes nouvelles et en prendre des tiennes, ça fait plaisir d'avoir un petit signe de toi ;-)
T'avais-je par exemple dis que depuis septembre j'avais trouvé un toi, un chouette toi en coloc près de Nation, super grand, beau et tout ?
Bref c'est pas l'endroit pour s'étendre à ce sujet.
Je te redirai ça.
Content en tous cas que la musique hippisante de Star Like Fleas te plaise.
Je te permettrai de l'écouter en meilleur qualité.
Bientôt.
Biz !

Sylvain


cranedepiaf 10/12/2007 13:21

disque très beau bien qu’indécis sur leur myspace. il faut que je prolonge l’expérience par une écoute prolongée 

Sylvain Fesson 10/12/2007 13:22

très beau parce qu’indécis ! se refusant de choisir, partant/explorant (dans) tous les sens !

Syd Charlus 10/12/2007 13:19

Mercury Rev, le vrai de la grande époque ou la blague née avec deserter’s songs ?

Sylvain Fesson 10/12/2007 13:20

Si Deserter’s Songs est une blague, c’en est une bonne et j’en redemande (malheureusement ensuite Mercury Rev a fait de vrais bides). Non, sérieusement, pour ce qui est de savoir q’il s’agit là du “vrai” ou du “faux” Mercury Rev, je n’en sais rien et à la limite on s’en fout, non ? La musique de Star Like Fleas se passe bien de ce genre de précisions.