Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 11:14
Supers héros pop





"On veut vous faire le divertissement à mort"


"Rêver jusqu’à 65 ans comme les Stones !"






Votre album s’intitule KingS of the WorldS...

Rae: Oui, on a mis des "S" partout !
Jessie : On veut tout prendre !
Rae : On ne sait pas si c’est correct mais on s’en fout !
Jessie : On n’en a rien à foutre, on est de Montreuil !
Rae : On n’est pas français !
Jessie : On n’est pas anglais non plus
Rae : Mais c’est vrai que sur cette pochette on a un petit côté "iconic", comme disent les anglais, et c’est quelque chose qu’on retrouve dans l’imagerie des super héros et des supers héroïnes. Les super héroïnes c’est mieux que les super héros d’ailleurs, parce qu’il y a le côté féminin…
Jessie : Parce qu’il y a le côté drogue !

Un côté girl power aussi, comme dans Boulevard de la mort de Tarantino ?
Jessie et Rae (faisant semblant) : Ah oui, oui, oui, on l’a vu ! Houellebecq aussi, on a lu !

Ok, j’ai compris, j’arrête les références culturellement correctes !
Rae : Mais tu peux continuer sur Drôles de dame et Cat’s Eyes, ça on connaît !

Je peux vous dire qu’avec les mort(e)s vivant(e)s qu’elle affiche, la pochette de votre disque semble directement citer des films de série B…
Jessie : Complètement. Romero. Argento. Pucci. A mort.

Pour vous, aujourd’hui, le rock a quelque chose à voir avec la série B ?
Rae : Il y a de ça. On ne le prend pas au sérieux mais en même temps on le considère. Ce qui m’énerve un peu c’est tous ces cinéphiles et ces critiques de cinéma qui avant descendaient les séries B et qui, depuis Tarantino, redécouvrent et trouvent géniaux les films de Romero, de Bruce Lee et la Blaxploitation. Nous avec cette pochette de disque on veut montrer que la série B est aussi une référence même si elle peut passer pour de la sous-culture. La série B a pondu des perles et le rock pareil. Effectivement, il y a Mozart en musique, tout le courant romantique de la fin du 19e siècle, mais il y a aussi le rock’n’roll, qui est plus léger mais qui est quelque chose d’important. Le rock, culturellement, c’est très fort, ça a une grosse identité.
Jessie : En plus, même s'il y a ce côté série B dans le rock, aujourd’hui je trouve qu’il y a surtout une approche super intello critique du rock, notamment avec toute cette vague qu’a pu générer le Velvet. A tel point qu’on a l’impression que le rockers sont aujourd’hui des Wagner ou des Mozart. Et ça, c’est pareil que la scène branchouille de New York, ça m’inspire du respect mais ça me fait chier. C’est comme dans le glam avec Bowie. C’était génial, il a trouvé de supers concepts et fait de super chansons, mais quand tu vois le concert de 73 de Ziggy Stardust, c’est chiant, il n’y a pas une goutte de sueur. Pour nous ce qui prime c’est de faire des trucs directs et efficaces. On veut faire le divertissement à mort, rallumer le flambeau des sixties, seventies, eighties où les concerts avaient une vraie classe. Avec Fancy on veut que tu ailles de Queen à Kiss en passant par les Stones et que tu ressortes en te disant : "Wouah, ils sont inaccessibles, jamais de ma vie je  pourrais être comme eux !"

On vous l’a déjà dit ?
Jessie : Oui, un million de fois !
Rae : Surtout pour ses cheveux. Certains voudraient trop avoir ses cheveux !

Jessie, je vois que tu as un T-shirt Metallica...
Jessie
(ayant relèvé le T-shirt en question et dévoilé en dessous un T-shirt Iron Maiden) : C’est l’original, un double face de la tournée 83 "Piece of Mind Tour" !

Le hard semble revenir en force chez les trentenaire. Les Justice n’arrête pas de dire qu’ils viennent de là aussi…
Jessie : C’est des petits cons Justice… la dernière fois je leur ai mis une tarte dans la tête ! Je les ai dépouillés (rires) !

Jessie, j’ai appris que tu avais co-composé "D.A.N.C.E", le single de Justice. Comment ça s’est passé ?
Jessie : En fait, j’ai couché avec leurs meufs et au début ils l’ont mal pris mais comme j’avais fait découvrir des choses incroyables à leurs nanas et qu’ils en ont profité en recouchant ensuite avec elles, ils m’ont finalement remercié et demandé si je voulais bosser sur leur disque. Je leur ai dit que je n’avais pas trop le temps, que je verrai. Et un jour je suis passé les voir cinq minutes, j’ai fait : "Ok, arrêtez tout les gars !" et j’ai trouvé la mélodie (rires) ! Non, en fait, ce qui s’est passé c’est que Surface to Air, qui a réalisé le clip de "We are your friend", nous a parlé d’eux pour la tout première fois alors qu’ils étaient en train de réaliser un clip pour nous. Et ils nous ont dit que Justice nous adorait. Je crois qu’entre temps Pedro Winter (manager de Justice, Nda) a fait le lien et un jour Xavier Augé (moitié de Justice, Nda) est venu me voir alors que je jouais en Angleterre avec Rinôçérôse. Il s’est présenté, je lui ai dit que j’avais entendu parler de son groupe, il m’a dit qu’il était fan de Fancy, je lui ai passé "Xiomara", un morceau de notre album, il m’a dit ensuite qu’il adorait, qu’il le passait en soirée, donc voilà on a gardé contact. Et un jour ils m’appellent, ils me font : "Yo, Jess ! Tu ne voudrais pas nous filer un coup de main sur un morceau ?" Voilà.

Jess, tu as bossé avec Rinôçérôse et Justice. Tu te sens proche de cette scène électro ?
Jessie : Evidemment. En fait, ce qui s’est passé avec Rinôçérôse c’est qu’ils m’ont invité sur leur album et comme ça s’est bien passé ils m’ont invité à les accompagner en tournée. Tout ça n’est donc pas très volontaire de ma part. Pareil avec Justice, même si on est un plus potes. Je n’ai donc pas une réelle volonté de travailler avec des gens purement électro. Mais l’électro nous a effectivement influencé, via des groupes plus vieux, style Kraftwerk et Human League. On est moins à la page sur les groupes électro d’aujourd’hui, mais on n’a rien contre. On pourrait même faire des incursions de ce genre prochainement. De toute façon il y a un côté électro dans notre manière de travailler en studio parce qu’on bosse beaucoup les batteries avec la Linn Drum qui est une boite à rythme qu’utilise Prince et de nombreuses formations électro.

A quand,
comme Rinôçérôse, une chanson de Fancy illustrant une pub iPod ?
Jessie : On fera cent fois mieux que ça ! On n’aura même pas besoin de faire de pub, nos disques se vendront par milliers ! Notre but c’est quand même d’arriver au niveau de Jackson, des Beatles, des Stones et de Prestley ! Réellement. On est des gros kids. On rêve encore. On est dans un univers de rêve total et on veut y rester. On ne veut pas décrocher. Car c’est ça qui permet de garder la fraîcheur, c’est ça qui nous permet de donner des compos qui sont, à notre avis, de qualité. Tout à l’heure on parlait de songwriting et bien nous on a l’impression de fournir du songwriting.
Rae : C’est ce qui nous permet d’avoir cette attitude qu’on a sur scène et qui peut paraître ultra prétentieuse pour certains. Mais nous on s’en fout, on est là et on se prend pour les rois du monde et c’est fun et en même temps c’est sérieux.
Jess : On veut rêver jusqu’à 65 ans comme les Stones ! Quand on a joué à l’île de Wight, on les a vu sur scène et c’était génial. C’est ça qu’on veut faire.

Ce n’est pas trop dur de passer de l’île de Wight à Montreuil sous Bois ?
Jessie (rires) : Les Stones aussi habitaient dans une banlieues à leurs débuts ! Rae et moi habitons à Mairie de Montreuil mais on ne veut pas y rester. Moi je vais déjà m’acheter une villa à Los Angeles avec l’argent de "D.A.N.C.E" ! Argent que j’attends toujours ! Et avec l’argent de Fancy j’achèterai des villas ailleurs, à Stockholm, à Tokyo…

(Suite et fin.)


Photos Robert Gil


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Stephane 24/11/2007 18:51

Salut l'ami, juste un petit post pour t'invité à jeter un oeil à ma petite page perso, pour l'instant très limité mais, à l'avenir, peut être...Je constate que toi, tel un pitbull tu ne laches jamais l'affaire...On est passionné ou on ne l'est pas ! Je sais de quel coté tu te trouves !A bientôt !

Sylvain Fesson 26/11/2007 13:02

Hey Zeb !Un nouveau bloggeur dans la Toile, BD ce coup-ci ? Je vais aller voir ça et te mettre en lien of course sur mon Parlhot, tant que j'y suis. Moi non, je ne lâche pas l'affaire... Mais bon c'est parfois dur d'être passionné... financièrement on se tire une balle dans pied !Dis, j'ai trouvé un playground coolos dans les hauteurs de Belleville, rue des envierges. On essaie de s'y retrouver avant Noël ?BizSylv

Miléna 23/11/2007 16:18

Très chouette interview, ça confirme celles que j'avais déjà lu d'eux... J'ai pas trop pigé le passage où il détruit Justice alors qu'il a composé pour eux.. de l'ironie ?
J'ai répondu à ton petit mot sur mon blog, avec une petite demande .. ;-)