Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 01:37
Born dead ?

A l’heure où Arcade Fire rempli les stades, Silver Mt. Zion suit à la lettre le dogme indé de son label, Constellation, et avance masqué. Emanation des défunts Godspeed You Black Emperor, cette fraterie montréalaise résiste. On attend toujours leur sixième album. Pour patienter et faire plus ample connaissance, voici deux interviews de leurs membres les plus influents, à commencer par celle Ian Ilavsky. Rencontré à Bagnolet en 2003, le guitariste de Silver Mt. Zion, également co-fondateur de Constellation, nous parle des spécificités de ce label.



"Partager les profits entre tous les groupes"


"Se lancer dans un activisme politique ?"










"En 1996, nous nous demandions ce qui manquait dans la scène locale. Il n’y avait pas de petites salles sur Montréal, gérées par des artistes pour des artistes. La plupart des lieux du centre ville étaient gérés par deux ou trois grandes compagnies Québécoises avec des visées touristiques. En général, c’était du jazz complètement plat, pas expérimental et pas aventureux du tout. Et les bars fermaient à 23h pour se transformer en discothèques. C’était vraiment une grande bataille pour trouver des salles pour des petits groupes. Alors nous avions pour projet de monter une salle de spectacle. On avait un très petit budget pour lancer l’affaire, environ 10 000 dollars Canadiens, qu’on avait sauvé de nos boulots respectifs. On avait trouvé plusieurs lieux mais on n’avait aucune chance d’obtenir le permis pour fonder une nouvelle salle de spectacle. Pourtant, on ne demandait pas d’argent, juste un permis de construire. Alors on a abandonné le projet. Et l’aventure Constellation est née de cet échec, comme la suite logique de notre volonté de monter cette salle de spectacle, avec toujours le souci de représenter la scène musicale locale."

"Nous ne voulons pas sortir plus de 4-5 albums par an. C’est un choix que nous avons fait dès le départ car nous ne voulons pas devenir trop grand, mais gérer au mieux notre progression. C’est sûr qu’on pourrait travailler avec plus de groupes hors de Montréal ou du Canada, on pourrait aussi sortir 8-10 albums par an car on nous sollicite beaucoup. Mais nous ne travaillons qu’avec des groupes régionaux car nous ne pouvons pas tout produire, nous devons faire des choix et il se trouve qu’il y a beaucoup de créations musicales sous-exploitées que nous trouvons intéressantes à Montréal. Par contre, nous n’avons jamais signé de contrats, cela se fait dans la conversation, les groupes doivent nous faire confiance. De notre côté, nous devons gérer au mieux les dépenses et les recettes car, au final, on partage les profits entre tous les groupes. Et, à petite échelle, je pense que seul le système de partage fonctionne. Ainsi, une petite parution vendue à 4000 copies donnera un peu d’argent pour l’artiste. Dans les autres modèles de fonctionnement, tu ne réaliseras jamais un sou là-dessus."

"Nous préférons jouer deux soirs dans une petite salle plutôt qu’un soir dans une grande salle. Lorsqu’on vient à Paris, on se produit soit Aux Instants Chavirés (Montreuil, nda) soit à L’Echangeur (Bagnolet, nda). Très souvent, les salles de plus de 500 personnes sont gérées ou achetées par de grandes compagnies et nous ne voulons rien négocier avec les grandes compagnies. Il y a cinq ans, des salles étaient encore indépendantes mais maintenant elles appartiennent à des grands groupes. Par exemple, L’Olympia appartient à Sony ou je ne sais pas qui, donc pas question de jouer là. Alors nous nous faisons des recherches en Europe, en France, en Allemagne pour savoir quels sont les intérêts derrière chaque salle."

"A Silver Mt. Zion essaye d’allier l’esthétique et la politique. Il y a tout un contexte en arrière scène qui agit dans ce sens, que ce soit la façon dont nous produisons nos albums, dont on les sort, la structure économique, le packaging, la démarche artistique… Nous travaillons à tous les niveaux, esthétique comme économique, pour avoir un engagement politique global. Nous sommes vraiment chanceux de faire ce métier et de pouvoir en vivre. Mais de plus en plus, au regard de la scène politique en Amérique du nord, on se pose la question de savoir si c’est vraiment le plus important de penser au prochain album ou à la prochaine tournée. Il arrive un moment où on se demande si l’on ne devrait pas se lancer plus directement dans un activisme politique. On pourrait stopper une année et s’engager volontairement dans la politique. Nous ne sommes pas des experts, il y a des gens au Canada qui sont beaucoup plus qualifiés dans ce domaine et avec qui nous pourrions collaborer. Voilà en tous cas une voie vers laquelle nous tendons de plus en plus."

(Suite et fin.)


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Billy HP 04/02/2008 19:17

Que demande le peuple ? ....Non vraiment , il y a des jours ou je me dis qu'on vit l'âge d'or.Keep going Sylvain !

Sylvain Fesson 05/02/2008 20:58

Ca roule !

Billy HP 01/02/2008 10:10

Super sympa cet entretien à coeur ouvert !GYBE et ASMZ, on en entend pas assez parler c'ets sur.En fin de compte je réalise que c'est presque plus un article sur constellation que A Silver Mount Zion, non ?Et puis je vais faire ma remarque habituelle : il y a un (1) dans le titre, mais je n'arrive pas à rejoindre le (2). Ouvre moi la porte maitre Sylvain vers les royaume éténèbrés du Mont de Zion...

Sylvain Fesson 02/02/2008 16:12

Oui, c'est sûr que ça parle plus de Constellation, d'ailleurs si tu retournes dans le coin tu verras que j'ai tenu compte de ta remarque pour procéder à un petit lifting (merci) !Et bien sûr j'en ai profiter pour répondre à ta requête : j'ai mis un lien à la fin de l'article pour la suite : une interview du chanteur de Mt. Zion (je comptais le faire car en ce moment je suis en train d'améliorer la navigation sur mon blog, ça prend du temps ces choses-là)Voilà !Bonne lectureA+

jérÎme-david 14/08/2007 13:48

merci pour ces précisions , mais je m’en doutais si fort , qu’autre m’eut étonné. Quand à ces idées - opinions politiques et - ou religieuses , je patienterai d’avoir la réponse de l’interressé, privé ou publique , après tout… une lecture-traduction me semble nécessaire pour s’en faire une propre , d opinion …sinon; pour bibi c’est roadie , mais rare , manutentionnaire du Spectacle en pleine Société Cosmétique …
tchuss²

Sylvain Fesson 14/08/2007 13:48

Effectivement, je t’apportais plus ces infos histoire de confirmer l’intuition que tu avais eu.Au plaisir d’une future discussion…

jérÎme-david 14/08/2007 13:46

ma fois, non ! juste humm disons littéraire , et très porté sur le symbole le garçon !!! des chevaux dans le ciel (apocalypse?) je ne connais pas ses paroles , j’ai en fait découvert ce groupe à la Cigale , j’y travaillais ce jour là , et je dois dire que si tout les groupes étaient aussi agréables , calmes , humains , hyperrespectueux mais au naturel sans frime ni forçage (genre le respect pitié humanitaire de l’artiste engagé face à la grande tringle qui portent ses amplis ( c’est moi la !)) et bien donc on verrai plus souvent de grands concerts magiques et beaux comme c’était le cas ce soir là , car l’humanité , la vrai , la suprême , ça s’entends avec les oreilles du coeur vivant…personnellement je vois très bien ce qu’il veut dire, sur la difficulté d’Être - groupe et les multiples bons plus ou moins maniaques et déprimés que l’on traverse , nous musiciens , et eux , nos instruments , nos interfacessinon il a l’ambition de construire une oeuvre , rien de plus humble , ni de plus sincère … quand à l’image-symbole de la tour … libre à vous … ce qui m’interresserai c’est de savoir dans quelle confession il a grandi le garçon … mystique et athé ? après tout le messianisme révolutionnaire est une vieille histoire…

Sylvain Fesson 14/08/2007 13:47

Entre chevaux (blanc ou dans le ciel) vous vous comprenez, quoi de plus normal Content d’apprendre qu’ils ne t’ont pas infligé de mauvais traitement à toi ingé-son ou roadie à tes heures, mais qu’au contraire ils t’ont témoigné toute leur humanité, c’est vrai que c’est assez rare pour être souligné. Et pour les avoir vu en concert, on capte aussi ce sentiment côté public. D’ailleurs en parlant concert, à un moment il était question qu’ils sortent un live joliment intitulé Fuck You Drakulas, mais y’a pas eu de suite à ce bruit de couloir (enfin, de blogosphère, devrais-je dire). Comme ça t’intéresserait de savoir dans quelle confession Efrim a grandi (et que j’aime bien tes commentaires, je dois dire) je suis allez chopper ces quelques éléments de réponse du côté de Wikipédia : “Le nom A Silver Mt. Zion semble faire référence à l’Esplanade des mosquées (Mont du temple dans l’Ancien Testament, Temple Mount en anglais), le point culminant de Jérusalem. Efrim Menuck étant juif, des références au judaïsme sont de temps à autre présentes dans la musique du groupe, le premier album étant caractérisé par M. Menuck comme étant une « expérience juive » (jewish experience en anglais), bien que celui-ci ait pris ses distances avec le mouvement sioniste et critique l’attitude actuelle du gouvernement israélien.” Voilà. A+

jérÎme-david 14/08/2007 13:44

merci pour ces trop rares paroles … des chevaux dans le ciel … uhmm ?!

Sylvain Fesson 14/08/2007 13:45

De rien ! Content de voir que ça intéresse quelques personnes d’entendre parler (de) Silver Mt Zion.Les propos de Efrim (recueillis par mail) sont assez cryptiques à l’image des textes de “ses” chansons… et donc c’est parfois dur de s’y retrouver dans ce qu’il veut dire, non ?