Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 02:46
Plus fort que Coldplay ?


La pochette de Young Modern illustre de nouveaux enjeux. Proche de celle d’X&Y avec ses mystérieuses droites et carrés à la Mondrian, elle pose Silverchair en groupe cérébral et large d’épaule capable de parler au plus grand nombre. Mais ce disque, ce n’est pas que du Coldplay, c’est aussi du Brian Wilson, du Bowie et du Queen.



Sur Young Modern, "Straight Lines" est l'arbre qui cache la forêt ! Derrière il y a tout d'abord "Young Modern Station", fusée électro-rock envoyée avec force de manifeste : le groupe montre qu'il a transformé le surplus de graisse d’antan en muscles fins terriblement véloce. Ensuite, c'est le grand cirque baroque de "If Keep Losing Sleep" qui nous ouvre ses bras, avec ses cordes signées Van Dyke Parks. Ce morceau n’est pas sans rappeler "Across The Night", le sommet symphonique de Diorama, dont les cordes étaient déjà tirées – à quatre épingles – par le parolier de Smile. Mais c’est juste plus rythmé, plus mordant. La joyeuse balade "Reflections of a Sound" évoque elle Sergent Pepper. Joli tremplin pour "Those Thieving Birds". Pendant quelques secondes on croit tenir là LA balade du disque, celle ample et poignante capable d’effacer le single d’un revers d’accords qui suspendent leur envol. Mais tel un conte de fée, le morceau bascule en grande pièce orchestrale avec violons roucoulant dans une forêt enchantée. Puis le conte bifurque, se densifie et se noircit dans un passage débraillé plus rock. Puis le tout ralentit et atterrit sur un matelas de douceur pour finalement rejoindre le thème idyllique du début. Voilà, pour résumer. Alors ce n’est pas une balade, juste un morceau de bravoure de 7 minutes 26 dont on adore qu’il joue les prolongations. Ensuite, retour à de plus pop formats avec une douce balade gorgée de choeurs et de guitares hawaïennes ("Waiting All Day") et trois cartouches glam ("The Man That Knew Too", "Mind Reader", "Low") particulièrement assorties à
la moumoute ubersexuelle et Freddie Mercurienne que Daniel laisse bien visible sur son torse. Tout ceci se finit en queue de pie (voire de poisson ?) avec "Insomnia" et "All Accross The World", deux morceaux qui repartent allègrement batifoler dans des structures symphonico-baroques, mais sans vraiment faire mouche.

Sur Young Modern, il n’y a donc plus trace de morceau heavy qui tâchent. Généreux (ils durent en moyenne plus de 4 minutes), les nouveaux morceaux mêlent habilement l’énergie et les accalmies, les rythmes rock et les envolées baroques. Explorant différents registres, Daniel Johns n'a jamais aussi bien chanté et le groupe s’offre même le luxe de lâcher une sorte de comédie musicale en plein milieu d’album.
Alors, que demander de plus ? Rien. Qu'est-ce qui fait qu'on achève alors l’écoute sur un sentiment ambigu ? Ah, c'est le fichu petit amateur de métal qui trépigne encore en nous : tout cela n’est-il pas un poil trop maîtrisé, jusque dans ses démesures ? Tout cela est en tout cas moins immédiat et moins jouissif que leurs précédents morceaux. "Those Thieving Bird", tout ça, ç’a une belle robe, c’est long en bouche, mais c’est un plaisir d'adulte. Oui, et comme on est aussi de grands gosses, métal ou pas, on a par la suite furieusement envie de replonger dans Diorama et ses prédécesseurs pour se rouler dans le côté emo de leurs bons vieux hymnes rock (Rhaaa ! l’intro Led Zeppelinienne de "The Greatest View"). Vivement le 23 août : ils seront à la Cigale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Winnie 03/02/2008 23:50

Hey salut Sylvain ;)Hop je t'informe du lancement d'une pétition pour demander à Silverchair de revenir en Europe :http://www.thepetitionsite.com/2/silverchair-in-europeJe sais que tu n'es pas un fan acharné, mais bon sait-on jamais ^^'

Billy HP 03/11/2007 12:12

Hello à tous,Jarrive tardivement sur ce post, mais je suis en train de faire une sorte de tour du proprio (disons un tour avec le propriétairehein, Sylvain, ne crains rien, je ne viens pas te racheter... j'aurais même du mal) de ce blog et je redécouvre quelques bon articles.Silverchair m'a pour ma part pas mal déçu. Le groupe ado et donc inabouti des nineties qui jouait un grunge (ahhh mon bon Freak show) surboosté à la testosterone (ils citaient plus volontier Black Sabbath et Minor Threat que Nirvana et  Neil Young à l'époque) m'avait d'emblée plu. Jusqu'à Neon Ballroom qui tentaient des exercices plus affinés tels que la ballade rock (Neil Youngienne justement) et le neo metal à la Korn (sur Spawn Again), oui vraiment j'aimais bien.Puis Diorama m'a déçu. Il sentait (je me répète mais c'est 100% subjectif hein) ce qu'allait devenir Muse avec ses solos sur solos et cassures complexes empruntés au progressif et à des opéras rock chargés de cordes et de pianos, et je ne trouvais pas là un bon idéal à suivre. Ce Young Modern là enfonce le clou et comme la planche n'est plus assez sûr à mon goût je l'ai quitté.Plus fort que Coldplay, je ne comprend pas car vraiment ils ne jouent pas dans la même cour (aucune préférence ici, je parle de style). Reste plutot à savoir s'ils réussiront à pondre un single plus "simple", un rock bruyant aux orchestrations étonnantes pourquoi pas, qui puisse néanmoins leur offrir, comme à Muse, une reconnaissance qu'ils méritent bien. Moi je m'en vais me repasser un de mes lives pirates qui s'ouvre sur Slave et se cloturait sur Israel Son...

sylvain 27/05/2007 02:45

Salut Sylvain,
Merci de ce petit commentaire. Effectivement, on ne s'est pas vu à The National, pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayé de te mettre le grapin dessus en regardant la trombine de tout le monde pour voir si j'y voyais la tienne ! C'était super ce concert, j'en parlais sur mon site d'ailleurs, bientôt. Là je suis à Art Rock, c'est cool. Essayons de nous capter pour Silverchair, si ce n'est pas avant.
Biz

Sylvain Zimmermann 25/05/2007 10:15

Super papier. J'ai découvert tes deux messages sur mon blog et du coup je me suis précipité sur ton site pour lire ta chronique du dernier Silverchair. Je suis entièrement d'accord avec toi. Surtout quand tu parles d'un album un peu trop maîtrisé pour l'amateur de métal qui sommeille en nous ! Non, je rigole ! Young Modern est un très bon disque que j'ai hâte de découvrir en concert. Rendez-vous dans quelques temps à la Cigale ? On s'est déjà râtés à la Maro cette semaine.

Miléna 15/05/2007 11:11

Des études... enfin il paraît, là c'est déjà les vacances...(médiation culturelle et communication)