Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 12:15
Ça roule pour lui !




Ciel de Fête
, son troisième album sortira le 7 juin chez Fargo. Alexandre Varlet (32 ans) est le deuxième frenchy à rejoindre cette écurie indé férue d’americana, après Emily Loizeau. Sur ce disque, il devrait envoyer paître son dandysme eighties pour un son plus roots embrassant les paysages du grand sud chers au label.



"Je veux ton amour " et "Montre-toi " (en écoute sur sa page) confirment cette intuition. Le premier est un court instrumental physique, orageux ; le second une chanson de facture plus classique qui n’en dénote pas moins dans l’univers autrefois feutré de l’artiste, construit qu’il est sur une corpulente guitare que ponctuent épisodiquement de joyeux clappements de mains.

Ça sent le soleil, l’amour, les champs. Dandy tiré à quatre épingles à l’époque de Dragueuse de fond, Alexandre Varlet tombe ici la chemise : une autre manière (plus vigoureuse, non moins touchante) de se mettre à nu. Sur sa page, un extrait d'un documentaire qui lui est consacré le montre jouant sa musique dans le plus simple appareil au milieu de la cambrousse.

L’article qui suit devrait intéresser celles et ceux qu’une belle paire d’images ne suffit pas à combler. Il s’agit d’une interview d’Alexandre Varlet que j’ai réalisée à la sortie de son deuxième album, Dragueuse de fond (BMG, 2003),évoqué plus haut. Elle a quatre ans cette rencontre. Ça me fait vraiment plaisir de vous en faire part, et tout drôle de la relire…

J’ai perdu ce disque. Impossible de savoir où, quand ni comment. Il me manque, ce disque. J’y avais découvert un univers trouble et sensuel où les langues se cuisinaient à merveille (le français pour le texte, l’anglais pour la pop), où cynisme et mélancolie se disputaient un séduisant jeu de cache-cache (dans la tradition de Leonard Cohen, The Smiths, Joy Division).

Je ressens rarement un tel feeling. En "chanson rock", ça m’arrive pour quelques morceaux de Murat (Cheyenne Autumn), Bashung (Fantaisie Militaire), Miossec (1964), Dominique A (L’horizon), Daniel Darc (Crèvecoeur), Jérôme Attal (Comme elle se donne), Erik Arnaud (Comment je vis), Florent Marchet (Gargilesse). Là je l’ai ressenti tout le long du disque.

Je n’ai jamais écouté son premier album, Naïf comme le couteau (BMG, 1998). Mais pour en avoir entendu quelques extraits lors d’un concert au Cinéâtre 13 de Montmartre, j’imagine qu’il n’est pas sans charme. Et comment ne pas l’aimer déjà tout entier quand il vous a laissé en mémoire cette belle phrase : "Le vertige me rappelle combien vous étiez belle…"

De "Parfume", single de 2003, me revient par bribes des paroles qui balbutient dans ma tête et me laissent fantasmer tout le reste de ce disque : "…biseautées, tes lèvres, fait miroiter la pulpe et le baiser… dans la boîte de nuit où brillent nos pupilles assorties… mordre à ta bouche, je suis polyglotte… habille mon haleine de Coco Chanel… Parfume-moi dans les yeux…"

En perdant ce disque, j’ai comme perdu une connexion intime avec moi-même. Et un sentiment d’évasion. J’ai dû le prêter. J’espère. Que ses chansons atteignent quelqu’un au lieu de se taire à jamais. Mais si je l’avais prêté…ç’aurait été à quelqu’un de cher…quelqu’un qui aurait deviné que ces chansons me manqueraient. Ah ! il faudrait mieux ne pas y penser...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Sylvain F. 04/04/2007 00:18

Yes, merci pour le CD Steph.Hier soir j'ai pu faire saigner les oreilles de quelques-uns qui n'ont pas goûté le charme mélodique et la prose maniérée du bonhomme.Mais je peux comprendre. Le côté "quête du Beau narcisser" à la Troy Von Balthazar peut en réfréner certains...D'ailleurs il a pas mal joué là-dessus le coquin ce soir (3 avril) à la Flèche d'Or."Ohhhhh, j'suis un beau folk-rockeux préraphaélite !"T'aurais pas aimé, mais c'était pas mal.Bon et pour revenir à Poster, oui, Poster et bien ça y est l'article est en ligne donc j'attends ton (tes) commentaire(s)Tcho !

stephane 28/03/2007 14:44

mais je vais te le redonner ton cd, pleure pas!bises

stephane 28/03/2007 14:39

Tout ça c'est bien beau mais poster moderne alors ?