Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 19:27
King of the gonzo ?



"On a connu le succès trop tard pour penser comme des stars"

"Souvent on se dit qu'on est des loosers que le caniveau attend"




Certains vous comparent à Muse. J'ai cru comprendre que ça ne te plaisait pas trop.
Avant Ghinzu chacun de nous était dans des groupes à guitares presque punk. On a commencé Ghinzu pour faire quelque chose de plus doux parce qu'ayant un piano chez moi à force d'en jouer j'avais amassé 40 compos et je voulais m'en servir. Ghinzu à la base c'était cette idée. Mais au final l'association de nous tous nous a fait prendre une autre direction.


Mais la comparaison à Muse, tu l'acceptes ?
Ça dépend. Par exemple je comprend qu'une radio grand public la fasse parce que là le raccourci de la référence est un bon outil pour permette aux gens de vite identifier notre musique. Je la comprendrais moins émanant d'un mélomane averti...


Grosse différence entre vous et Muse : on peut twister sur Ghinzu !
Oui, parce que chez nous des éléments renvoient au fifties, au rockab, à Elvis... Ceci dit j'ai vu Muse une fois en live et j'ai trouvé ce trio impressionnant. Et moi c'est souvent live que je juge la crédibilité d'un groupe. Certains groupes, il n'y a vraiment que ça qui les excite... D'ailleurs je crois que les première vraies sensations de proximité que tu as avec un groupe viennent de là : t'as 16 ans, tu fais le mur, t'essaies de trouver une bagnole, tu pars de Cologne, tu fais 300 bornes jusqu'à Paris pour voir les Cramps, tu sais que t'es un gamin et que t'as une chance sur deux de te faire raquetter mais t'y vas et finalement dans le concert n'est qu'une étape d'un périple trépidant du début à la fin. Et c'est ça qui m'intéressait en tant que fan de rock : tout ce qu'il y avait autour.


Aujourd'hui que tu es devenu rocker est-ce que tu continues à fonctionner comme ça avec Ghinzu ? En tournée tripes-tu autant durant le concert que sur les à-côtés ?
Ce serait génial mais non ce n'est pas possible car il y a toujours des trucs à faire... Tu sais, même s'il s'est écoulé beaucoup de temps entre Blow et Mirror Mirror, j'ai toujours eu l'impression qu'on était en retard sur tout, la tête dans le guidon. Là l'album est sorti depuis environ deux mois en France et on n'a toujours pas sorti de clip. On l'a tourné il y a 3 jours. Voilà, tout est tout le temps comme ça. On aime avoir le temps de perfectionner certaines choses.


Comment s'est passée la création de Mirror Mirror ? N'avez-vous pas été paralysé par le fait que Blow avait mis la barre très haut en terme de succès et de qualité, et qu'il allait être difficile de faire mieux ?
On n'a pas raisonné comme ça parce que ça c'est un raisonnement de star or notre culture reste belge et en Belgique l'esprit "star" n'existe pas.


Oui, mais votre succès a dépassé le cadre de la Belgique !
Bien sûr mais tu sais nous on n'a pas commencé la musique en se disant qu'on allait être des stars. On a commencé la musique en se disant qu'on allait être un chouette groupe qui allait pondre de chouettes morceaux et donner de chouettes concerts... Et puis bon, je pense qu'on a connu le succès trop tard pour penser comme ça. Après un concert on rentre chez nous. Et on aime bien sortir les poubelles même si ça tranche avec notre image. Tout ça pour dire qu'après Blow on avait suffisamment de recul pour avoir juste envie de faire un nouveau chouette album.


Penses-tu que le succès de Blow t'aurait plus tourné la tête si tu l'avais eu plus jeune ?
Non, car ce succès est venu progressivement et au final il reste dans des proportions humaines. Je veux dire, on n'est pas Justice, on ne s'est pas retrouvé d'un coup catapulté en jets privés !


Vous c'est plutôt les concerts privés !
Oui, et c'est mieux qu'un jet. Parce qu'on peut y mettre plus de monde !


J'espère juste que ça décollera autant que le jet !
Il y a des chances que oui parce que les bons concerts arrivent souvent dans ce genre d'occasions où tu es cool... Dans une salle comme ça, j'arrive, je souris quoi. Pour ce soir il me manque des connecteurs XLR mais ça me fait marrer ! Ce n'est pas grave. Je suis vachement content de pouvoir jouer ici et d'être décontracté.


Pour en revenir au succès de Blow, ne t'es-tu pas dit qu'il s'agissait sûrement du climax de ta carrière de rocker ? Parce que bon tu as maintenant que tu as 30 ans bien sonnés...
Je tiens à préciser que je n'ai quand même pas 40 ans et 6 enfants, quoique ç'aurait été très bien et je ne demanderais pas mieux ! Tu sais, on ne pense pas trop en ces termes. On se dit que chaque album ou chaque concert peut très bien être le dernier. Souvent on se dit qu'on est des gros loosers et qu'on va finir dans le caniveau.


Ah oui ?!
Oui, et ce n'est pas une question de pessimisme c'est juste que s'engager dans la musique reste une voie à risque même si certaines personnes continuent de voir ça comme quelque chose d'amusant. C'est un dur métier alors quand tu commences à réussir à en vivre tu ne peux pas t'empêcher de culpabiliser en pensant au retour de bâton. Et ce sentiment est d'autant plus présent pour nous qui sommes belges car à Bruxelles est une ville assez bourgeoise où règne un climat un peu terre-à-terre. Mais bon, si tu parles à Greg ou Jean ils te diront qu'ils veulent être sur scène jusqu'à 70 ans.


 


Dans Ghinzu ?
Où pourquoi pas. A un moment donné un groupe c'est un peu plus que de la musique. Je n'aime pas dire ça mais oui il y a l'idée que c'est aussi une famille. Parce que tu vois chacun de nous a des projets à côté. Si l'un de nous dit qu'il veut faire un truc où il se déguise en carotte et en pastèque, ce qui est le cas de Greg, pas de problème. Moi j'ai bien un projet avec une japonaise qui joue de la basse et fait de l'électro... Donc voilà, on a tous nos petits trucs à côté et on se rend compte que c'est chouette d'avoir aussi un groupe dont la dynamique nous cadre un peu plus.


Tu vois donc Ghinzu durer encore quelques années ?

Si on a encore le sentiment de pouvoir faire de bons albums, on continuera. Au jour d'aujourd'hui on a fait 3 albums et je crois qu'ils vont vraiment dans ce sens. Mirror Mirror perfectionne et modifie des choses de Blow de la même manière que Blow le faisait déjà d'Electronic Jacuzzi. Et c'est bien parce que ça laisse de l'espoir à ceux qui pensent qu'on fait de la merde. Qu'ils attendent notre prochain album.


J'ai l'impression que Mirror Mirror n'a pas de single évident comme l'était "Do You Read Me ?" sur Blow. Qu'en penses-tu ?
C'est une question de point de vue : on en rediscutera après la sortie anglaise de l'album. Parce que le choix du single, où il va être, quand il va être, ça dépend de plusieurs paramètres. Par exemple aujourd'hui si je cherche de bons morceaux à guitares à la radio je vais trouver d'excellents singles. Mais si je cherche des singles électro ça ne va pas être la même chose. De même, si Mika sortait dans les années 90, je ne suis pas sûr qu'il vendrait beaucoup de disques. L'environnement est donc primordial pour déterminer ce qui est single ou pas.


Ce qui est sûr c'est qu'il y a plus facilement "singlable" que vos albums car vous ce n'est pas vraiment de simples chansons que vous avez tendance à composer mais plutôt des morceaux qui s'imbriquent les uns aux autres pour former un tout durant l'album.
Je trouve que Mirror Mirror est quand même plus chanson que Blow. Si tu regardes de plus près, en terme de structure, les formats sont plus classiques.


Oui, pour du Ghinzu, mais dans l'absolu tout ça demeure assez complexe !
C'est vrai. Je ne sais pas comment je dois le prendre mais je le prends plutôt bien !


Tu peux, c'en est un. Et ça rejoint ce qu'on disait tout à l'heure : avec Ghinzu plus que de la musique on à affaire à un vrai univers.
Si tu nous compares a de la pop, c'est sûr qu'on n'a pas de single, mais si tu nous compares au rock alors je trouve qu'il y a plein. Par exemple je pense que "Cold Love" est un super single. C'est un morceau qui a énormément de personnalité. Tout notre culture musicale passe en revue dans cette centrifugeuse de 3 minutes 40. Et c'est aussi un morceau qui parle de son époque.


C'est important pour toi de faire une musique qui parle de son époque ?
On est stimulé par plein de choses, moi par exemple j'écoute plein de la musique et je regarde plein de films, aussi bien des choses passées que des choses actuelles, et fort heureusement, tout comme les vieilleries, les choses actuelles rejaillissent dans notre musique. Franchement ce serait con de se dire qu'on n'est pas dans notre époque parce que sur scène ça fait tout bêtement la différence entre les mecs qui jouent parce qu'ils sont encore là et ceux qui ne le sont plus.


Dernière question : de quoi parle "Cold Love" ?
Ça parle d'une espèce de pétasse qui arrive dans une boîte de nuit et, barricadé dans son bimbo look ultra soigné, elle a le sentiment qu'ici personne ne la mérite sans comprendre que certains des codes qu'elle emploie renvoient à des choses très sexes. Le narrateur lui révèle donc qu'en l'état elle est juste prête pour l'amour. Le morceau raconte donc l'histoire de cette femme qui va finir par déraper et s'extraire de son image pour se faire enfin baiser comme il se doit.


Le clip ce sera ça ?
Non, on nous verra déguisés en fleur pour illustrer l'idée d'éclosion qui est la base de cette chanson assez crue.


Tes textes semblent souvent parler de sexe...
C'était plus le cas sur les précédents mais là on a été plus monastiques. Seul "Cold Love" parle de sexe, le reste parle plus de politique...

 

 

Photos de concert par Rod du Hiboo.com


Partager cet article

Repost 0
Published by SYLVAIN FESSON - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Dominique 01/01/2014 14:24


J'adore mais comparer Ghinzu à Muse est vraiment un gros raccourci j'écoute Ghinzu depuis le premier album alors que je ne peux pas écouter Muse. Nos amis belges ont une intelligence et une
sensibilité alors que Muse ne transmet que le coté commercial. Bref que vive très très longtemps Ghinzu pour qu'ils puissent continuer à nous décaper nos cage à miel

SYLVAIN FESSON 01/01/2014 16:50



On est d'accord Philippe, c'est un gros raccourci. Un cliché disons. Mais il a sa part de vérité à mon avis. Car pour moi Muse ce n'est pas à chier et je suis sûr que les mecs de Ghinzu ne
crachent pas sur certains morceaux épiques et rock bien branlés de la bande à Matthew Bellamy. Il faut je pense arrêter de voir en Muse une pure machine commerciale et en Ghinzu un groupe qui
serait sur-indé. C'est pas si tranché. Enfin surtout si on considère le Muse des débuts... Bref, ceci dit cet article n'est pas d'hier et à l'époque je faisais encore ce genre de raccourcis dans
mes articles ;-) Plus trop maintenant je crois, comme tu pourras le voir sur la nouvelle mouture de Parlhot : Parlhot.com.


Bonne année


PS: quelle horrible expression que celle de "cage à miel", beurk !



Amiral Aurus 21/05/2010 22:16



Article passionant !



SYLVAIN FESSON 27/05/2010 00:16



Merci Amiral !



Matt Oï 15/06/2009 23:12

Très belle conclusion, qui résume bien l'esprit Ghinzu...parce que la castration musicale organisée a également cours pour les moeufs, faut pas l'oublier...

SYLVAIN FESSON 26/06/2009 14:58


C'est vrai, MECH ;-)