Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 19:43
Une croix
sur PJ ?




Qu'on ait 20, 30, 40 ou 50 ans, qu'on préfère ses trois premiers disques ou ceux qui suivirent, on a tous un rapport passionné à PJ. Organe de feu, guitare rugueuse et mots de coeur : de 92 à 2000, l'anglaise au charme trouble a imposé sa griffe dans le rock, devenant, comme Radiohead, une sorte d'institution sans jamais rien renier de son indépendance. Mais le 17 mai, de passage au Bataclan pour défendre A Woman A Man Walked By, son dixième album, PJ a déconné.


A chaque fois qu'un gros concert se profile, cette sensation bizarre : j'arpente Paris conscient qu'un truc fort m'attend, un truc, me dis-je, qui devrait concerner tout le monde (sentiment d'apocalypse), mais non je croise des gens qui n'ont pas la moindre idée de ce qui se trame. Je sais, c'est une pensée bête mais bon, PJ allait embraser le Bataclan. PJ quand même ! Son gros concert j'étais content de m'y rendre parce que ce n'est pas souvent que je vais voir des stars de son calibre (alors que je pourrais le faire chaque soir tellement je suis un critique convoité) et que ce n'était même pas un vrai gros concert puisque ça se passait au Bataclan et pas au Zénith (places : 6200 ; cadre : hangar ; son : merdique). Et quelque soit le lieu et les modalités, comment ne pas être content lorsqu'on peut voir PJ ?


Je mentirais de vous dire que je l'ai toujours aimé. Contrairement à d'autres, par exemple mon pote Bester, je n'ai jamais chéri ses débuts. Je ne l'ai pas découverte en temps réel et même aujourd'hui lorsque je réécoute Dry, Rid of Me et 4-Track Demos peu de morceaux trouvent grâce à mes yeux. Trop brut pour moi. Par contre, à partir de To Bring You My Love en 95, quand elle a commencé à élargir sa palette et à y mettre les formes (ah la jouissance phénixiale de "The Dancer" !), quand elle a enfin arrêté sa musique de petite fille violée, là j'ai marché. A partir de là, Is This Desire ? pouvait même à nouveau me rudoyer, j'étais mordu. Et quand Stories from the City, Stories from the Sea est arrivé, c'est bien simple, j'ai carrément fondu. Les puristes vous diront peut-être que c'est l'album de la maturité, le début de la fin, mais pour moi ce fut l'inverse. Ces chansons aux rondeurs sublimes, tour à tour mélancoliques et rock, crépuscule, accélérateur ; cette voix déliée, sanguine ; cette love story vocale entre elle et Yorke de Radiohead (pâmoison-frisson de chanter avec eux sur "This Mess We're In") : c'est tout ce que je désirais.  

 


S'il faut souffrir pour faire du Beau, il faut s'ouvrir pour être belle, et Stories délivrait les promesses de To Bring You My Love (faire mal tout en s'assumant femme, sonner rebelle tout en se faisant belle), et certaines mêmes qui avaient osé se nicher dans Is This Desire ? (les sommets d'évidence d' "Angelene" et "A Perfect Day Elise"). Ici PJ continuait l'histoire de l'héroïne PJ (le mythe de la sauvage se découvrant petit à petit sex symbol) et se montrait enfin sortable. Fini le côté gore "mate mes tripes", la PJ monstre dans l'eau trouble de ses dernières vidanges, place à la PJ sex in the city, une artiste neuve ironiquement modeuse. Ironiquement car on sent bien que tout ça (maquillage, lunettes, sac à main) cachait quelque chose. Sur Stories, dressed to kill, PJ l'était au sens premier du terme : incognito in town pour perpétrer le carnage. Oui, l'icône n'était toujours pas prête pour une pub L'Oréal. Elle restait l'enragée, l'ultime amoureuse. "I can't believe life's so complex / When I just want to sit here and watch you undress", rugissait-elle, affirmative, sur "This Is Love". Cette PJ les gens ont pu la faire leurre. Résultat : passage grand public, Mercury Prize en 2000, 8e meilleur album de rock féminin selon Rolling Stone et entrée dans le top 100 des meilleurs albums de tous les temps et tous genres confondus du Time. A ce jour un million de copies s'en serait vendu de par le monde.


Le 17 mai au Bataclan, vous vous en doutez, j'ai donc le groupie-mètre à fond. Mes amis aussi. Parce que PJ c'est toutes les femmes de nos vies (en une réunie !), notre Dorothée rock. Attendant qu'elle arrive, on se pose donc plein de questions, qu'on se contente de partager mollement pour me pas se montrer trop fan aux yeux de l'autre (ce qui serait vu comme un signe de faiblesse !), tout en faisant l'appel du pied inverse (et si on vivait enfin notre amour de PJ au grand jour !). Comment va-t-elle se montrer ? Sera-t-elle aussi classe et sexe que lors de sa prestation de 2003 à Rock en Seine où elle était apparue cheveux lissés, mini-jupée et bottée très androgyne gothique façon Lady Oscar ? Ou sera-t-elle aussi bof que lors de son show de 2004 au Zénith où elle s'était marrée en ratant x fois l'intro de "Down By The Water" ? Et par quel morceau va-t-elle donc démarrer ?


(Suite.)


Partager cet article

Repost 0
Published by SYLVAIN FESSON - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Coralie 28/05/2009 22:27

Putain arrêtez les mecs moi j'y étais pas... (et même si j'y avais été oui certes on ne se serait pas croisés)Sylvain tu crains t'aurai pu me dire que tu y allais histoire de... Bah histoire de me faire enrager quoi :)

SYLVAIN FESSON 29/05/2009 01:16


Coralie, t'es du genre a aimer enrager de jalousie ? C'est marrant (maso) ca !


Le+CPE 28/05/2009 16:51

Tout est bon, rien à jeter !

SYLVAIN FESSON 29/05/2009 01:15


Merci


JS 27/05/2009 14:53

Oui je crois qu'on y était tous, mais que personne ne s'est vu ! 

SYLVAIN FESSON 29/05/2009 00:34


Le rendez-vous des fans de PJ anonyme !


arbobo 27/05/2009 14:51

ah ah, encore une victime qui a cru qu'elle jouerait autrechose que ses titres composés avec Parish ^^c'était un peu le concert de l'incompréhension, ce 17 mai.où l'on s'est croisés sans le savoir

SYLVAIN FESSON 29/05/2009 00:34


Ouais le concert de l'incompréhension / déception !
On s'est croisé ?
Tu veux dire que tu m'avais vu ?


JS 27/05/2009 11:47

Etonnant que tu aimes plutôt sa période "récente". En tout cas de mon coté, si je ne devais garder qu'un disque d'elle, ce serait To bring you my love. 

SYLVAIN FESSON 29/05/2009 00:32


Bah comme je l'ai ecrit j'ai commencé a aimer sa disco a partir de To Brimg You My Love qui porte d'ailleurs bien son nom : elle s'y fait enfin stricto sensu aimable / desirable ;-)