Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 14:44

De la jolie musique ?

 



Je ne m'étais jamais intéressé à Albin de la Simone avant la sortie de Bungalow (avril 2008). J'avais bien reçu son deuxième album, Je vais changer (mai 2005), mais à peine l'avais-je écouté. En fait, rien ne m'attirait chez cet ex-pianiste de jazz. Je dois même dire que c'était physique. Le type avait une tête trop fade, trop gendre idéal et bien dégagé derrière les oreilles, trop nouvelle chanson française en somme, pour avoir quelque chose à me dire.


Ecouter Je vais changer n'a fait que confirmer mon intuition. J'y ai trouvé une voix et des mélodies si lisses et linéaires, des chansons si dénuées de chair et d'émotion, comme anesthésiées, que ça m'a déprimé comme seul je pensais qu'un déjeuner dominical chez grand-mère pouvait déprimer. Vous savez quand vous restez poliment à écouter le coucou faire coucou, l'horloge faire tic tac et que tout le monde fait semblant de passer un moment agréable alors que tout ça n'est qu'une foutue perte de temps. Bref, ce mec donne tellement l'impression de ne pas vouloir déranger et de s'excuser d'exister (il se ferait passer dessus par un 3 tonnes, il dirait pardon d'avoir été là, sur le passage piéton) il n'a tellement pas un mot plus haut que l'autre que le filet sonore qui sort de ses lèvres finit par devenir la plus pénible des nuisances. Et je ne parle même pas de "Simone", les 20 minutes de pure complainte pianistique qui ferment le disque. Là on imagine le type, il a prévu une fête d'anniversaire chez lui en son honneur, enfin non, sa mère a prévu une fête d'anniversaire chez eux en l'honneur de son fils parce que lui ça ne lui serait jamais venu à l'esprit (il sait qu'il n'a pas d'amis) et paf ça n'a pas manqué, personne n'est là. Il n'y a que lui, sa mère et quelques ballons de couleurs dans la pièce. C'est d'un triste. Alors, comme on va au cimetière, résigné, le petit Albin se met au piano et joue, pour maman. Un truc joli et doux et triste. Et là il ne chante même plus. Un 3 tonnes lui est passé dessus.


C'était ça Albin de la Simone. Enfin avant, pour moi. Et puis le type, je ne sais pas ce qui lui a pris, sur Bungalow, son troisième album (le premier, éponyme, date de 2003), il s'est enfin décidé à péter un coup. Il a envoyé bouler coucou, horloge, grand-mère, maman. Il a même troqué ses velours contre des jeans ! Enfin, je dis que je ne sais pas ce qui lui a pris, mais si, je sais, il me l'a dit en interview (à venir). Ce quis 'est passé c'est que l'ouragan Katerine lui est passé dessus. Son disque de 2005, Robot après tout, l'a dévergondé. Et ce n'est pas étonnant. Je veux dire, je le savais avant même de lui demander. Il en est de même de Jeanne Cherhal, sa copine, avec Camille. Son Fil l'a dévergondé. Je le sais sans lui demander, c'est comme ça, j'ai le nez pour ce genre de choses. Sur Bungalow, influencé par Philippe "Daddy Cool" Katerine, Albin s'est donc ouvert à toute une gamme de couleurs et de motifs pop eighties inédits pour lui. Avoir enregistré ce disque dans un bungalow sur l'île de Bali a aussi joué dans cette métamorphose. C'est là-bas, dit la bio, "que lui est venu le gimmick de ce disque : un chœur lui donnant presque systématiquement la réplique." "Parce que j'étais seul, précise l'auteur, j'imaginais des voix féminines me répondant, me soutenant, et même se moquant de moi. Alors pour simuler provisoirement cet effet, j'ai utilisé un système de transposition numérique de ma propre voix, qui finalement s'est révélé être un élément irremplaçable sur huit des onze chansons du disque." Bon, ce n'est pas encore la grosse déconne. Albin chante encore trop souvent comme un Playmobile sour Lexo, mais il y a là 5 morceaux vraiment sympas. Sur "Catastrophe", "Sympa", "Mon ami mythomane", "Vendéen" et "N'importe quoi" ses chœurs Chapi Chapo m'ont donné envie de bouger comme si j'écoutais Gotainer et que ma pulpe devait voler en éclat. Hi ah ! Sur les 6 autres chansons, "Adrienne", "J'aime lire", "Ce pull", "J'avais chaud", "Parle-moi" et "Le tire-fesses" j'ai eu beau me retrouver en compagnie de sa seule voix de desperate houseman souchonienne, cette fois je n'ai pas eu envie de le baffer, je me suis gentiment laissé bercer. Il a eu la bonne idée d'ouvrir les fenêtres et de laisser rentrer le soleil. Et cette petite vibe chaloupée qu'on peut entendre m'a donné l'impression d'un voyage immobile pour une destination tropicale, comme si on me massait tranquillement. Son côté Voulzy peut-être. Voire Philippe Lavil ! Great.


Alors oui, ce n'est pas encore ça, pas encore l'album de la libération pour Albin de la Simone. On le voit d'ailleurs dès la pochette. Il a beau s'y montrer tout de rouge vêtu dans un espace ouvert lui-même tout rouge  dominé par une explosion BD et la mention de son nom et de son prénom en grosse capitales genre je suis devenu pop, je casse la baraque, je vous lance d'ailleurs un petit regard défiant-complice pour vous inviter dans mon nouvel univers, oui, Albin à beau faire tout ça, sur cette pochette il n'en reste pas moins qu'il est un tout petit personnage perdu au coin d'une grande pièce. Un tout petit personnage qui donne  plus l'impression d'être interdit de quelque chose, comme retenu par une camisole de force intérieure, privé de dessert, qu'en pleine possession de ses moyens. Mais bon, je critique, je critique... Albin de la Simone n'est pas Philippe Katerine. Avec Bungalow il ne signe pas un album de rupture, pétaradant, révolutionnaire comme Robot après tout. Pour paraphraser l'auteur de "Louxor J'adore" (interviewé en 2006) Albin de la Simone ne va pas "à l'encontre de tout ce qu'il y a de pénible en France. C'est-à-dire le goût de la jolie chanson ou la chanson sympa" bien au contraire, mais il livre son album le plus sympa à ce jour.


(Suite.)

 


Partager cet article

Repost 0
Published by SYLVAIN FESSON - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

Le CPE 09/04/2009 21:13

 Donc je finis, peut-être devrais-je passer au temestat whisky, à moins que je n'y sois déjà...

SYLVAIN FESSON 09/04/2009 21:18


Baj je sais pas, si tu oublies que tu bois c'est que oui, tu y es déjà !


Le CPE 09/04/2009 21:11

Saluté, Ecoute partielle, pas tout l'alboume donc, mais j'ai pas vraiment accroché. Moins, nettement moins, insipide, mais j'ai pas ressenti grand chose.  C'est bien ficelé, mais reste plat. Pour moi tout du moins.
 
 

SYLVAIN FESSON 09/04/2009 21:17


Salut "Le CPE" !

Je vois, je vois. Merci de ce feedback.



Alex 09/04/2009 10:01

:)) Remarque quand je vois ce que Jay nous a fait hier soir (il était la réincarnation d'Eddy Cochran ou de Buddy Holly, DEMENT !), je me dis que le temesta-whisky lui réussit bien !Bon je digresse, tout ça nous éloigne d'Albin ! Tsss... suis incorrigible.

SYLVAIN FESSON 09/04/2009 19:04


Ah, j'ai loupé quelque chose !


Alex 06/04/2009 13:36

Arf, Jay !!?? Florent Marchet, trop bourgeois ?? Mais, mais... tu as écris ça sous Temesta-Whisky ?! :)Bon Albin, je ne connais pas, donc je me tais.

SYLVAIN FESSON 08/04/2009 17:14


Je dois donc avoir quelques grammes de Temesta-Whisky en perpétuelle circulation dans le sang.


Jay 06/04/2009 11:00

Albin de la Simone, c'est comme Florent Marchet, c'est trop bourgeois pour moi