Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 16:48

"Vous êtes ce que vous osez lire"

Magazine
est un magazine qui parle magazines, tendance tendances. Mais Magazine n'est pas vide derrière son vernis branché et son ossature tranchée N/B, qui évoque l'option cérébrale chic des Inrocks de 86 ; intello-salutaire à l'époque des "3 S" de Séguéla : simplicité, substance, spectacle.


"Trop de couleurs distrait le spectateur" est son postulat tacite, piqué à Jacques Tati.
"Vous êtes ce que vous lisez" son mot d'ordre en forme de cogito ergo sum.


Magazine
se tient à distance pour mieux tailler dans le vif. Il enseigne un rayon pour peu qu'on soit averti en média, mode, pub, graphisme et arts plastiques, assez pour se piquer aux angles de sa ligne cold-wave/post-punk tirée à quatre épingles. Au bout : rhâââââ ! "substantifique moelle".

Au menu : sémio post-Roland B. sur campagnes d'images, itws "on" et "off record" de professionnels de l'image ; récits d'expositions, fanzines luxueux, portfolios porte-folies ; pubs CD, nouvelles CD (Christian Dior & Chloé Delaume). Et bons baisers de Warhol : trou normand - repos.


"La main ne diffère pas de ce qu'elle crée"
(A.A.Attanasio, postface de la BD The Crow)
"La forme, c'est le fond qui remonte à la surface" (Hugo, je sais plus quelle occasion)

Vertu de son hermétisme, Magazine livre du frais qui dé-cape dès qu'on l'ouvre. Exemple : l'édito du numéro 33 de Février-Mars 2006. Angelo Cirimele, directeur éditorial, y livre, comme souvent, une salve laconique mais bien sentie à l'adresse des médias dominants, maladroits.

"Qu'est-ce qu'une fiction ? Une histoire bien amenée, rythmée, avec quelques surprises ou péripéties, dont on oublie assez vite de se demander si elle est bien vraie, inventée ou inspirée de fais réels (ou feint tel), des larmes et des cris, de joie ou de rage, mais de l'humain, profondément. Une fiction peut longtemps rester gravée dans notre souvenir, même si son utilité demeure étrange et se résume à un temps passé à penser à autre chose, à rien, à oublier. Plus que tout, une fiction, c'est le plaisir qu'on éprouve à ce que quelqu'un la raconte. Et qu'est-ce que l'actualité?

Remplacez "une fiction" par "l'actualité" dans le texte qui précède et vous en aurez une idée."


Magazine n'a pas de prix. Pas de site Web. Vous pouvez aller cherche ses 80 pages bimestrielles dans des musées, galeries, cinémas, librairies d'art graphique, salles de spectacles (Louvre, Cinémathèque, Agnès b., Colette, Artazart, Point FMR...) ou casquer 40 euros/5 numéros/1 an pour "le recevoir chez vous ou au bureau".

"You are what you dare.
What you dare read.
"

Bonnes lectures.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans MEDIAlogue
commenter cet article

commentaires