Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 00:33

Bédéaste ubuesque


 

 

 "Les choses sont plus intéressantes quand elles rejoignent leur contraire"


"massacrer des millions de gens juste pour rire"


Vous dites que vous souhaitiez, dès vos débuts, vous inscrire à la fois dans la contre-culture et la culture populaire. Pourquoi ?
Quand on fait quelque chose qui n’est pas facile d’accès, je pense qu’on a tout intérêt à en faire une présentation qui soit aussi séduisante que possible. Je trouve que les choses sont plus intéressantes quand on essaye de les amener vers leur contraire. Sans cela, on a vite fait de se complaire dans une attitude. Il y a beaucoup d’artistes underground qui crachent sur le mainstream et inversement, je ne suis pas sûr que ce soit très épanouissant, on a davantage à apprendre en allant vers ce qu’on ne connaît pas. Il ne s’agit pas pour autant de se faire récupérer, je le vois davantage comme une démarche d’appropriation.

Vos dessins sont drôles. Quelle est votre forme d’humour ?
Je préfère éviter de définir mon humour, je ne peux pas défaire d’un coté ce que je fais de l’autre. Ce que je peux dire, par contre, c’est que cette forme d’humour résulte d’une prise de conscience au cours de laquelle j’ai réalisé que dans le domaine de la création, on est confrontés à un certain nombre de barrières qui n’existent que dans notre esprit. Je me suis dit qu’après tout, rien ne m’empêche de faire mourir mes personnages puis de les faire revivre sans avoir à apporter aucune explication, rien ne m’empêche de les faire se transformer en courgettes ou de massacrer des millions d’innocents juste pour rire. A partir du moment où l’on n'ennuie pas le lecteur, tout est permis.

Pourquoi ne vous laissez-vous jamais photographier, filmer, ni même enregistrer par un dictaphone ?
Je souhaite rester anonyme parce que ça m’autorise une plus grande liberté dans ce que je fais et mon travail peut être considéré sans être rattaché à l’idée d’une personne avec ses qualités et ses défauts. Je sais que ça peut paraître idiot mais je partage cette croyance de certaines tribus primitives qui ont peur de se faire voler leur âme en se faisant photographier. Je ne peux pas m’empêcher de penser à l’oncle Bens avec son visage reproduit et multiplié à l’infini sur tous les paquets de riz, dévoré chaque jour par des millions de personnes, ça doit être épuisant. Quand on me demande ce que je fais comme travail, je dis que je trie des cacahuètes en usine ou que je vends des maillots de bains sur les marchés. Je ne tire pas de jouissance particulière de cet anonymat, mais disons que je m’épargne certaines nuisances de la célébrité.

Tout à l’heure, nous parlions des Inrockuptibles dont vous avez été un collaborateur régulier. Si je me souviens bien, vous n’avez pas signé leur "Appel contre la guerre à l'intelligence" lancé en février 2004. Pourquoi ?
Je l’ai soutenue et signée sous mon nom d’état civil, en tant que citoyen, je ne veux pas tout mélanger. En tant que dessinateur, mes opinions se manifestent inévitablement, d’une façon ou d’une autre dans ma production, je n’aime pas souligner les choses au marqueur fluo, ce serait hypocrite, personne n’a besoin de ça.

(Suite et fin.)
 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans divers
commenter cet article

commentaires