Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 01:04
Obok




"Personne ne peut contester que les femmes puissent être des créateurs"


"Sans muse, la vie serait une erreur"

 





Je repensais à Camille qui chantait l'intro du "Langage oublié" sur votre précédent disque. Avez vous suivi son explosion avec Le fil. Aimez-vous ce qu'elle fait maintenant ?
Non, moi ça me fait chier horriblement. Mais je comprends qu'elle ait cet univers en tête, un truc très personnel. C'est tout à fait respectable et au moins unique. Je trouve qu'elle chante très bien, j'aurais préféré qu'elle le montre.


Vous trouvez qu'elle fait trop l'idiote ?
Oui, le fait qu'il n'y ait pas vraiment de mots, qu'elle les zappe un peu. Voilà, c'est de la musique. Par contre, il y a un truc que je n'ai pas écouté, mais dont j'ai encore entendu parler dans le journal ce matin, c'est Grand Corps Malade. C'est quoi ce truc ?


Un jeune homme qui fait du slam.
Et alors, c'est quoi slam ?


C'est un style d'expression écrite et vocale qui se situe au confluent du hip hop et de la poésie parlée. Il s'agit de poser sa voix dans une mélodie parlée. Normalement, il n'y a pas d'instrument.
D'accord. Mais d'où vient cet engouement pour ce personnage ? Qui achète ça ? Parce qu'il n'était pas connu avant. Et puis du slam, si je comprends bien la définition que vous m'en donnez, Gainsbourg en a déjà fait. Tout le monde a déjà fait cette sorte de chanté parlé. (Je réponds à ses interrogations mais la réponse a peu d'importance. Manset feuillette Les Inrocks posé sur la table et scotche sur la photo de Pasolini illustrant l'article sur Morrissey.) Je n'avais jamais vu que Pasolini avait cette gueule-là. Elle n'est pas mal cette photo. Il ressemble à cet acteur américain qui faisait des rôles de western. Il a exactement la même gueule. Il avait quel âge-là ? Parce que je croyais qu'il était mort jeune, vers 40 ans ? Il s'est fait descendre sur une plage, je crois, par son petit ami ou quelque chose comme ça. Mais je croyais qu'il était plus jeune que cela. Là, il a bien 55 ans au moins.


Vous avez déjà lu ses écrits ?
Non. Moi, je suis très branché classiques.


Pasolini, ce n'est pas très récent non plus.
Oui, mais ça doit être un peu barré. Et puis c'est traduit forcément, Pasolini n'a pas écrit en français. Et je ne lis pas les livres traduits, tout du moins c'est très rare.


Je voulais vous montrer ça : un article de l'écrivain Marie Darrieussecq paru dans les pages Rebonds de Libé. Il y est question de la place des femmes dans la création artistique. A travers ces lignes Marie Darrieussecq répond à Jean-Marc Bustamante, un artiste contemporain qui pense que les femmes ne peuvent pas vraiment faire œuvre. Je me suis dit que ça pouvait vous intéresser, vous faire réagir.
Bah, c'est peut être de la merde ce que fait ce Jean-Marc Bustamante, je n'en sais rien. Mais ça m'étonnerait qu'il ait osé faire de telles généralités car c'est vraiment le genre de propos imbéciles. Je ne crois pas que quiconque ait pu jamais contester que les femmes puissent être des créateurs ou des artistes. (Silence. Il lit) Par contre, on peut quand même s'interroger sur cette phrase-ci qui n'est pas si con : "L'homme a besoin de conquérir des territoires, la femme trouve son territoire et elle y reste." C'est morphologiquement et physiologiquement évident. On peut dire que, par essence, une femme non déviante de sa nature féminine "trouve son territoire et y reste".


Mais notre particularité d'êtres humains n'est-elle pas de ne pas totalement être réductible à notre physiologie et notre genre sexuel ? D'ailleurs être artiste n'est-ce pas mettre cela en évidence ?
Je ne crois pas. Pas obligatoirement. Il y en a qui peuvent l'être. Comment dire ? Il y a une sorte de hiérarchie pyramidale. Quelque part, l'archétype de base, l'élément fondateur ou unitaire de l'artiste, pour un homme, c'est Zola, Picasso. Pour une femme, ça peut être la Comtesse de Ségur, ça peut être George Sand. George Sand, ce n'est pas parce qu'elle fume la pipe que ce n'est pas une femme. Je ne pense pas qu'elle ait été homosexuelle, peut-être vaguement bisexuelle à ses heures, mais pas déviante. Parce que pour moi il y a déviance à partir du moment où il y a focalisation extrême sur certaines choses. Zola, je ne connais pas sa vie sexuelle ou sentimentale, mais on imagine qu'on ne tomberait pas de son siège en l'apprenant. Aujourd'hui, on tombe de son siège pour rien, mais ça c'est autre chose. Pour en revenir à des gens comme Pasolini, il y a eu beaucoup d'écrivains homosexuels qui ont écrit des choses absolument magistrales, mais qui, pour l'essentielles, sont nées de leur condition d'homosexuels. Après, il y en a pour qui la question de l'homosexualité peut se poser de manière ambiguë. Parce qu'il n'y a rien de catégorique. Prenons Proust par exemple. Proust était homosexuel, mais peut-être était-il seulement timorée sur le plan sexuel. Enfin voilà, je crois que, par nature, 9 créateurs sur 10 sont des gens tout à fait sains. (Il continue de lire l'article. Il rebondit sur une phrase.) Ah, je trouve intéressant ce que Marie Darrieussecq écrit à partir de là. Elle conteste que la forme des organes sexuels puisse conditionner une pensée ! C'est incontestable. Bien sûr que ça forme en partie une pensée. Je pense que ça peut être amusant de développer ce thème. Par contre, je pense aussi que... C'est voué, non pas à l'échec, mais à la disparition.


Que voulez-vous dire ?
C'est-à-dire que ce que je viens de dire là n'aura plus de sens dans 15-20 ans. Ce sera terminé. C'était l'époque pré-modification génétique. Toutes les différences fondamentales qui étaient liées à la nature même des individus n'auront plus de raison d'être.


Vous ne pensez que tout cela n'est qu'une terrible utopie ?
Non, on va aller vers l'indifférenciation. On y va tout droit. On y est. Il suffit de regarder les voitures. Toutes les voitures se ressemblent, toutes les boissons se ressemblent, tous les boîtiers photos se ressemblent, la bouffe se ressemble. Tous les produits de consommation.


Dans tous ces objets identiques, Freud dirait qu'une pulsion de mort s'exprime...
Evidemment. Heureusement, je n'ai pas lu Freud. J'en ai lu juste un peu, mais ce que j'en connais, c'est magnifique. Ah, oui, c'est magnifique. Il écrit remarquablement bien.


D'ailleurs certains envisagent Freud comme un écrivain. Ils disent que son travail a force de littérature parce qu'il a créé des concepts qui, à l'instar de fictions, ont changé la vision qu'on a de l'homme et de la vie.
Exactement. On est d'accord. Je pense que c'est avant tout un écrivain et qu'il est parti dans une sorte de délire où il a inventé des trucs. J'adhère à cette position-là. Et en ce sens, il y a matière à écrire, il y a matière à développer la cervelle vers un autre bord. Moi je ne suis pas une sorte de simple vieux réac, je réagis quand je vois ça. J'aurais 35 ans aujourd'hui ou 30 ou 25, oui ça m'interloquerait et, Houellebecq ou pas Houellebecq, j'aurais envie d'écrire. Dans tout cela il y a beaucoup de choses à écrire. Il y a des tas de choses à dire sur ce monde nouveau. Parce que cette pulsion de mort ou d'indifférenciation Freudienne n'est pas négative en soi, bien que son mécanisme soit enclenché et qu'il soit irrémédiable. Il y a sûrement du positif, comme dans tout chose. Il y a sûrement une face cachée très lumineuse, pleine de nouvelles rêveries, j'en suis sûr. Une sorte de fiction. Une fiction qui ne sera pas obligatoirement Orwellienne. Je n'arrive pas à imaginer, pour conclure, que l'amour puisse être gommé de la surface terrestre. Il va avoir beaucoup de mal à en sortir vivant, mais il va renaître sous une autre forme. Il va vivre.


Sans muse, la vie serait une erreur.
"Sans muse, la vie serait une erreur."

 

(Suite.)


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson
commenter cet article

commentaires

lustucru 28/09/2008 17:51

école superieur des arts modernesah ben non tu n'as pas vu l'émission people de TF1http://en.sevenload.com/videos/Zuk6uZK-50min-Inside-Julien-Doretu peux prendre ce qu'iis racontent (enfin si tu regardes :-)) comme exacte mais la plupart des infos sont inexactes et/ou incompletes(je précise même si on s'en fout lol)En tout cas ils ont choisi les "bonnes personnes" pour en parler.

lustucru 28/09/2008 16:06

ça me rappel mes cours de peinture philo culturo branlito malo crano à l'esam..interessantes toutes les interviews sur Manset.c'est qui le prochain ou la prochaine....tiens c'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de femme dans ta colonne de gauche.(je sais pas si tu es tombé bien malgrés toi sur 50 minutes insidesmagazine people de Tf1,j'ai eu une pensée paradoxal à la vision de l'émissionte concernant)

Sylvain Fesson 28/09/2008 16:16


C'est quoi l'ESAM ?
Le prochain, c'est un prochain !
Pourtant j'ai plein de prochaines en stocke, ça viendra, ça viendra...
TF1 ? Insides magazine people ? Emission me concernant ?
Je ne te suis pas Lustucru, que veux-tu dire par là ?