Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 01:20

Casseurs de presse

 
Je suis au téléphone avec François Ruffin, rédacteur de Fakir (Amiens) qui fusionne avec PLPL (Marseille) pour former Le Plan B. Ce journal ne voulant pas communiquer hors de son cercle d'inités, ce dont on se doutait, on se dit pigiste d'un mag inoffensif (Médias) alors qu’on vient d'un mag ennemi (Technikart). Après dix minutes de tchatche polie, notre interlocuteur fini par baisser sa garde...


"Le Plan B ce n’est pas du tout culturel"


Comment se fait-il que Fakir et PLPL se soient associés pour former Le Plan B ?

Bah pfff parce que chez nous à Fakir il y avait la nécessité de sortir un peu de notre bulle locale. On est essentiellement diffusé sur la Somme. 80 à 90 % de notre diffusion, c’est de la Somme. Et pour PLPL, c’était pareil, ils plafonnaient un peu au niveau de ce qu’ils pouvaient faire, alors ils auraient pu continuer comme ça éternellement, mais ils pensaient qu’il était nécessaire qu‚il y ait un relais de critique social qui s'ajoute au volet critique sociale des médias. Mais nous, on continue à publier un supplément de Fakir à l’extérieur du Plan B, pour la Somme.


Tu gardes et continues de défendre l’identité du journal Fakir ?
Bah c’est-à-dire qu’ici on a quand même des lecteurs qui sont attachés à ce qu’il y ait une contre-information locale, on a quand même près de 3000 acheteurs sur la Somme, on ne va pas dire qu’on laisse tomber.


Le Plan B va donc être une proposition journalistiquement plus complète, une proposition de magazine.
Non, pas magazine, mais qu’il y ait critique des médias et critique sociale. Que les deux soient liés.


Le Plan B s’annonce effectivement comme un "journal délicieux de critique des médias et d'enquêtes sociales". C’est un positionnement socio-culturel ?
(silence) Bah j’espère que ce n’est pas culturel du tout (rires jaune).


Sociétal, alors ?
Ouais, bah c’est du social, hein. C’est du social, ce n’est pas du socialisme, ce n’est pas du sociétal non plus, c’est du social.


La rédaction est donc intégralement constituée des rédactions fusionnées de Fakir et PLPL ?
Ouais, ouais.


J’ai appris que les articles ne seraient pas signés, qu’ils seraient anonymes. Pas de problèmes d’ego donc au Plan B ?
Non, mais il n’y a pas de difficultés à ce niveau-là. Enfin, de toute façon, on n’est pas énormément, on n’est pas des milliers, on n’est pas des centaines non plus.


Et les rédacteurs ne sont pas payés pour l’instant ?
Bah c’est-à-dire que pour l’instant il y a un plein temps qui est un plein temps administratif et le reste, c’est comme ce que je faisais en bénévolat pour Fakir et ce que les gens de PLPL faisaient en bénévolat pour PLPL, donc tant que ça ne représente pas une charge de travail supplémentaire on peut considérer qu’on peut continuer en bénévolat, quoi.


A plus ou moins court terme, vous avez quand même l’envie de vous donner les moyens de vos ambitions et donc d’avoir un journal financièrement super stable, c’est-à-dire qui rapporte de l’argent.
Bah on verra, on verra où est-ce qu’on peut aller. Tu sais, Sartre disait en lançant Libération : "Il faut le faire d’abord", quand Jacques Chancelle lui demandait si ça allait marcher. C’est pareil pour nous : on va le faire, on verra après.


On vous sent l'envie de créer un journal d’opinion qui reprenne les choses là où Libé les a laissées en devenant progressivement ce quotidien culturel, mou et bobo qu’il est aujourd’hui.
Certes.


Il y a un peu cette envie-là ?
Oui.

Partager cet article

Repost 0
Published by sylvain Fesson - dans MEDIAlogue
commenter cet article

commentaires