Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 02:26
Carte postale de La Californie

Trois jours que j'ai quitté Paris pour lézarder à Cannes. Jamais sans mon ordi...
 
Ici c’est le paradis. Je ne sais pas si je pourrais être cannois 365 jours sur 365 jusqu’à la fin de mes jours (je suis pour l’instant, je crois, bien trop parisien et intoxiqué dans l’âme pour décrocher), mais pour 5 jours, je ne dis pas, c’est nickel. Mais même au paradis, le travail me rattrape puisque, voyez-vous, hypothétiques lecteurs, je vous parle. Ça n’enchante pas ma copine. Elle n’aime pas que je bosse les vacances et jours fériés. Elle ne comprend pas VRAIMENT que ce n’est pas VRAIMENT du travail pour moi, que c’est un plaisir, que J’aime VRAIMENT ça. Mais elle s’y fait, avec le temps. Surtout depuis qu’elle a elle-même un blog. D’ailleurs elle devrait s’y mettre car ça fait quelques jours qu’il crie famine son blog. Mais je vais arrêter de vous parler de ma copine. Car ce n’est pas de ça dont je voulais vous parler. Ce dont je voulais vous parler, tout d’abord, c’est de moi. Oui, MOI. Parce que je me rends bien compte que depuis les deux semaines que PARL HOT existe, je ne vous ai pas lâché un traître mot sur moi. Bien sûr, mes articles sont écrits PERSONNELLEMENT et ils parlent donc de moi, mais je voulais vous parler de moi plus directement. Officialiser les présentations. Ce sont des choses qui se font. Et je sens bien que c’est important, NECESSAIRE même pour que vous et moi puissions aller plus loin ensemble. C’est que je tiens à ce que vous fassiez péter mes statistiques, chers lecteurs, que vous ne restiez pas hypothétiques et moi seul avec mon blog et mes points de vues qui me tiennent à cœur.
 
Ground control to Major Tom ?
Vous ai-je dit que j’étais pigiste ? Pour commencer c’eut été pas mal. Je suis journaliste indépendant, spécialisé en musique (s’il faut déclarer une spécialité, parce que perso je ne suis toujours pas sûr de bien porter la casquette, c’est juste que j’aime ça la musique, que c’est le truc que je maîtrise ou détourne le mieux, et qu'elle permet de digresser sur d’autres thèmes). Mais un pigiste galérien. Car je rame à trouver les pieds-à-terre journalistiques qui me permettraient de vraiment vivre ma passion. Et de ma passion.
 
Quitter la pub ? 
Enfant, je n’ai pas rêvé d’être Tintin reporter. Le journalisme ne me faisait pas rêver. Pour tout dire, je n’y pensais même pas au journalisme. Ça ne faisait pas partie de mon monde. Je suis de ceux qui se sont tournés vers le journalisme pour fuir le monde de la com. De ceux qui ont mis un pied dans la pub en pensant qu’ils pourraient y faire valoir leur plume et leur pulsion d’écriture. De ceux qui ont pensé un temps, très court – un laps de temps –, faire leur trou dans la création publicitaire, espérant y trouver leur compte, une sorte de bulle, d’épanouissement personnel, en jouant les concepteurs-rédacteurs. De ceux qui se sont fourrés le doigt dans l’œil, qui n’avaient de toute évidence pas la fibre et l’abnégation idéologique requises. De ceux qui regardaient à 20 ans les anti-pubs gagner du crédit et le concepteur-rédacteur Frédéric Beigbeder se stariser en soldant l’attrait de l’affaire avec son livre 99F. Sans parler du u No Logo de Naomi Klein.
 
Quitter le rock et la culture pop ?
Je suis de ceux qui sont venus au rock sur le tard, à 17 ans, avec Radiohead, de ceux qui ont lu avec passion Rock&Folk, Les Inrocks, Technikart, et qui continuent d’ailleurs, qui y ont même cherché leurs entrées pour écrire et ne plus être spectateur, mais qui en sont un peu revenus, qui ne savent plus trop s’ils sont férus tant que ça de rock et de pop culture. (Parce que vous savez trop de truc tue le truc et je n’ai jamais eu l’esprit de chapelle, je ne me suis jamais senti l’envie d’être d’une bande, j’ai donc toujours fait sans.) Je suis de ceux qui ne trouvent pas de nouveaux plissements de terrain propice à l’émergence d’une nouvelle contre-culture, et qui se demandent d’ailleurs s’ils en souhaitent une d’énième contre-culture, parce qu’ils sont un peu saoulés par le clivage rebelle de ces soulèvements générationnels, parce qu’ils pensent qu’ils ne sont trop souvent qu’une volonté égocentrique de prendre le pouvoir et un spectacle, récupérable.
 
Rémi sans famille ?
Je suis de ceux qui se sont d’ailleurs longtemps demandé si c’était une bonne chose de créer son blog, si c’était utile de faire comme tout le monde, d’ajouter une milliardième voix sur le Web, si ce n’était pas se tendre un piège et s’enfermer que de croire à cette échappatoire qui implique de rester pas mal d’heures sur son ordinateur en plus du temps énorme qu’on y consacre déjà. (Je n’ai pas de réponse à cette question.) Mais je suis de ceux qui aiment toujours écrire JOURNALISTIQUEMENT et avec STYLE si possible. De ceux qui aiment croire qu’il y a des gens exigeants et curieux au bout du fil et qu’ils ne manqueront pas de faire bon usage de ce blog, d’y élever à leur tour leurs voix s’ils y trouvent matière à réaction. Je suis de ceux qui espèrent encore mais pour combien de temps encore ? Voilà où j’en suis. C’était l’instant Rémi sans famille. Du pur premier degré cher lecteur, bien long et tout, parce que parfois il faut, pour s’envoyer en l’air dans une compréhension mutuelle. Je rends l'antenne, jusqu'à demain.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by sylvain Fesson - dans divers
commenter cet article

commentaires

jc 12/11/2008 18:28

"De ceux qui ont pensé un temps, très court – un laps de temps –, faire leur trou dans la création publicitaire, espérant y trouver leur compte, une sorte de bulle, d’épanouissement personnel, en jouant les concepteurs-rédacteurs", merci ca me donne confiance je monte a paris en janvier prochain pour travailler a havas euro rscg en bts-alternance. c'est si terrible que ca le monde de la pub'?

Sylvain Fesson 13/11/2008 10:53


Salut JC

Wouah d'abord je ne sais pas trop comment tu es tombé sur ce vieux texte publié au tout début de mon aventure blog, mais ça me fait plaisir de te voir commenter ce passage dont je ne me rappelais
pas. Après pour ce qui est de répondre à ton interrogation je dirai qu'il n'y a pas de règles. Ton ressenti du monde de la pub ne sera peut-être pas le mien car tu n'as peut-être pas le même
caractère, les mêmes compétences, les mêmes ambitions. Et tu tombera peut-être sur d'autres personnes que moi, et dans un milieu qui a changé en 7 ans. Donc voilà, surprise, suspense. Tu me diras
?

A+


sylvain 10/05/2007 12:28

Winnie, c'est cool, tu fouilles.
Cet article pose un peu le bonhomme que je suis et est donc une bon moyen d'entrée dans ce blog, Parlhot.
C'est vrai qu'au début je me suis posé beaucoup de question sur ce moyen d'expression, maintenant je m'y suis fait, je l'ai appréhender et je suis content d'y écrire, d'en lire et de partager des avis, etc.
Re-cool donc ;-)
A+

Winnie 10/05/2007 09:09

Très bel article... (oui je suis folle j'ai repris les archives depuis le début... et une fois que j'ai fini ici, hop je vais voir "la pigeonne" !)Donc non je ne pense pas qu'ouvrir un milliardième blog de plus soit une mauvaise chose... surtout que tu le fais avec passion et personnellement. C'est donc forcément intéressant.Et pour en avoir fait l'expérience pas plus que tard que ce matin, le blog ça reste quand même un très bon moyen alternatif de se créer un réseau :DA bientôt donc, là je vais travailler, mais je reviendrais :D

Cécile 18/03/2006 16:39

Hey, Rémi sans famille! J'aime bien ton premier degré moi, surtout à partir du paragraphe "Quitter la pub" et jusqu'à la fin. C'est super bien écrit, ta présentation. J'aime beaucoup.
Continue comme ça, y a des gens au bout du fil ;o)