Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

11 mars 2006 6 11 /03 /mars /2006 16:03
Moins fort que Calo ?

11h20, samedi 11 mars. Comme il m’arrive de le faire, j’allume la télé dès mon réveil. Je vois Johnny Halliday encerclé par trois black qui foutent le dawa. C'est quoi ce bin’s ?


Je n’ai pas bu la veille. Ce que je vois donc sur l’écran n’est pas une hallu, c’est VRAIMENT vrai. VRAIMENT en train de se passer. J’avais beau le savoir, ça fait drôle de voir notre Johnny national chanter avec Passi, Stomy Bugsy et Doc Gynéco. Même si c’est sur le plateau de Charly et Lulu (il n’y a qu’eux pour oser le faire). Les trois rappeurs miment là l’entente rageuse de leurs trois flow mêlés comme au bon vieux temps du Ministère A.M.E.R (AMER pour Action, Musique, Et Rap). Alors qu’on sait bien que les gus n’ont plus d’atomes crochus depuis belle lurette (le Ministère s’est dissous en 96). Mais bon, ils se débrouillent plutôt bien, ils semblent même motivés, sans trop qu’on sache pourquoi. Pour Johnny, c’est moins évident. Il a l’air un peu perdu au milieu de la meute. Pied de micro en main, il se débat à l’étroit avec un refrain qu’il ne sait pas trop comment pousser, entre confidence et rugissement.

Ce qui ne tue pas nous rend plus fort...
Le morceau s’intitule "Le temps passe". C’est le 2e single de son dernier album, Ma vérité, après "Ma religion dans son regard", qui était très orienté "Oh ! Marie" pour faire pleurer dans les chaumières la ménagère. "Le temps passe" est hip hop rock, comme chante Passi, donc plutôt destiné à rafler un public hors captif pour Johnny : les jeunes fan de rap. Apparemment, c’est un morceau autobiographique. Johnny y chante son parcours de self made man qui a finalement triomphé malgré les embûches, et même grâce aux embûches, car elles rendent plus fort. Respect aux embûches. Ma vérité compte d’ailleurs une chanson intitulée "Ce qui ne tue pas nous rend plus fort" (sauf le ridicule ?), chanson (écrite par Guy Carlier) qu’il aurait pu s’adresser à lui-même si le rocker institutionnel qu’il est ne devait pas sans cesse passer de la pommade au public. Bref, Johnny balance sa sauce par intermittence et les rappeurs apportent chacun des liens hypertextes plus crus pour nourrir l’histoire du rocker de vrais morceaux de vécu. Ces bulles de réalité sur le vif, le rocker est censé y être connecté à bloc, se les remémorer comme si elles dataient d’hier, limite la nuit elles lui font encore mal comme un tatouage qu’on vient de se faire faire.

Johnny se prend pour Didier Wampas ?
Une chose nous interpelle : des paroles que rappe le Doc sur Sarko et son slip. On ne comprend pas trop. On cherche le texte sur le Net. On décrypte au passage le discours de Johnny qu’on ne capte pas trop en live parasité et qu’il est par l’intervention des rappeurs : "A l'heure où le monde se bouscule / Je repasse ma vie à l'envers / J'en ai fait des rêves, des calculs / J'ai jamais voulu vraiment me laisser faire / Et le temps passe / non je ne regrette rien / Rien ne s'efface / mon destin me ressemble bien / Et le temps passe / pourtant, je ne regrette rien / La moindre trace / je l'ai bâtie de mes mains / J'ai chanté les Hommes, leurs désirs / les destins fragiles et l'amour / On a voulu que j'tombe sur place / Moi, j'ai souvent fait face / et je combats toujours / ("Ministère", dit Gynéco) Aussi burnés qu'les keufs sous Sarkozy / L'être humain porte en lui le meilleur / Je sens encore le poids de mes erreurs / de mes erreurs / Le pire a si souvent été là / La peine guidait mes pas / mais je la garde au fond de moi." Et surprise : ce que dit Doc Gynéco sur le plateau de Charly et Lulu est gonflé, provoc : "Ministère, aussi burnés qu'les keufs sous Sarkozy". Mais sur le papier, ses propos sont attribués à Johnny, c’est lui qui devrait les tenir, vous imaginez ! Johnny jouant les Didier Wampas et chantant : "Chirac en prison". Ce n’est pas prêt d’arriver. C’est donc le noir qui s’y colle...

Partager cet article

Repost 0
Published by sylvain Fesson - dans DISCussion
commenter cet article

commentaires

hi hi 14/03/2006 18:41

jerem was here....

Cécile 14/03/2006 13:56

Il est trop beau Jonnhy avec ses super lunettes sur fond de super ciel bleu! J'adooooooore !;o)