Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : PARLHOT
  • PARLHOT
  • : Parlhot cherche à remettre l'art de l'interview au cœur de la critique rock. Parce que chroniquer des CD derrière son ordi, c'est cool, je le fais aussi, mais le faire en face du groupe en se permettant de parler d'autres choses, souvent c'est mieux, non ?
  • Contact

INTERVIEWS

Rechercher

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 00:20
La Star Ac' des indés ?






"On n'est pas parisianiste contrairement à ce que beaucoup pensent"


"Initialement on voulait faire CQFD sur Internet"

 

 


Financièrement, vous toucher quelque chose avec l'opération CQFD ?
Non, rien. Ce serait trop facile sinon. Ce serait même scandaleux. Non, ce sont les groupes qui touchent. On essaie de leur trouver le maximum de concerts, du temps de studio, des contacts, on les fait tourner dans le cadre du Festival des Inrocks sponsorisé par Motorola et dans le cadre de nos soirées Inrocks Indie Club sponsorisées par Jack Daniels. Voilà, on essaie de les coacher autant qu'on peut, après il y en a qui ça sert et d'autres qui se débrouillent très bien sans nous. Mais nous on ne touche rien, les groupes nous remboursent juste les droits SDNM qu'on paie à leur place pour pouvoir presser les CD et que personne ne puisse les escroquer. D'ailleurs ces dispositions ont permis à 2-3 groupes de gagner beaucoup d'argent parce que dans les semaines qui ont suivis la sortie de la compile CQFD ils ont été démarché par des boîtes de pub qui voulait leur morceau pour illustrer une pub.


Du coup CQFD vous apporte juste un gain d'image ?
Oui. Comme les deux tiers des groupes choisis pour CQFD sont de province à l'image de notre lectorat, ça rappelle aux gens qu'on est vraiment sur le terrain et qu'on n'est pas du tout parisianiste contrairement à ce que beaucoup pensent. Il y a aussi un peu de cynisme bien entendu, un peu de récupération mais il y a surtout cette excitation de faire partager tous ces démos qu'on recevait et de les aider à grandir. Là les derniers gagnants de CQFD c'est
The Dodoz, un groupe de Toulouse. Ils étaient lycéens à l'époque où on les a choisi et ils ont quand même signé avec Nude, le label anglais qui a découvert Suede.


Depuis juillet 2007 CQFD a muté en reposant dorénavant sur un site communautaire qui ressemble à une sorte de gros Myspace collectiviste. Depuis vous n'élisez plus un gagnant par an mais un tous les trimestres. Pourquoi ?
CQFD, initialement on voulait le faire sur Internet mais c'était très compliqué pour nous parce qu'à l'époque les outils étaient encore durs à manier. Donc voilà dès qu'ils ont été plus accessibles on s'est lancé. Et sur Internet on s'est dit que le concours annuel n'avait plus grand sens parce que c'est un média qui va tellement vite qu'il faut qu'il y ait du changement constant. On a donc adapté le rythme du concours à celui de la blogosphère. Aujourd'hui sur ce site il y a une vie phénoménale : des centaines de groupes s'inscrivent chaque semaine.


Mais vous n'avez pas peur de perdre en qualité en gagnant en quantité ?
Pour l'instant non, on est vraiment très content des gagnants qu'on a et je pense que ça va aller en s'améliorant. J'écoute tout ce qui arrive au fur et à mesure pendant des heures et des heures et je trouve que le niveau ne cesse de monter. Au départ notre inquiétude c'était de penser qu'on allait retrouver chaque année le même stock de 7000 groupes et qu'on serait petit à petit amener à élire celui qui avait fini deuxième tel année, puis celui qui avait fini troisième telle année, etc. Mais ce n'est pas le cas. Par exemple,
Cascadeur qui a remporté le prix CQFD de l'automne 2008 c'est quelqu'un qui est arrivé tout récemment.


En devant un site communautaire, CQFD a changé son processus de vote puisque maintenant, mode participatif du web 2.0 oblige, les internautes sont amenés à voter. Cela n'est-il pas source de filouteries ?
En fait le vote des internautes sert à présélectionner 200 groupes parmi lesquels nous allons ensuite sélectionner le gagnant. On a fonctionné comme ça jusqu'à présent mais le règlement va peut-être évoluer parce qu'on se rend effectivement compte qu'il y a des petits truands qui détournent les votes. Ils créent 20 ou 30 profils avec des faux noms et ils votent les uns pour les autres, ça fausse le jeu et il nous est assez difficile de repérer ces truands. Il nous faut donc mettre en place une espèce de garde-fou à ce stade du concours pour que ce ne soit pas seulement les internautes qui votent mais qu'intervienne aussi un jury de professionnels.


Dans A Nous Paris, Syd Matters a déclaré que CQFD c'était "la Star Ac' des indés". Au-delà du bon mot qu'est-ce que cela t'inspire ?
Ça me fait plutôt marrer. On est fier du coup de pouce qu'on donne aux indés mais c'est vrai qu'on a aussi conscience qu'ensuite ça peut être un fardeau à porter. Il ne faut pas que ce soit le cas. Au journal on a tendance à parler des artistes qu'on a aidé comme des "anciens CQFD" parce qu'on a cette fierté de les avoir pousser sur le devant de la scène...

Et parce que dans votre esprit comme dans l'esprit de beaucoup ils restent et resteront des "enfants des Inrocks"...
Oui mais c'est un peu injuste parce que ce qu'on a fait c'est juste de les mettre un petit peu en avant à un moment ou personne ou presque ne s'intéressait à eux. CQFD aurait un côté Star Ac' si on intervenait sur leur musique comme peuvent le faire des directeurs artistiques mais ce n'est pas le cas. Je n'ai jamais appelé un groupe en leur disant : "On vous sélectionne si vous changez tel truc". Au contraire sur CQFD on a sélectionné des morceaux très mal produits mais qui nous plaisaient. En plus on n'a pas de barrière de style. Le prochain groupe qu'on élira fera peut-être du hip hop martiniquais, qui sait ? A CQFD on est donc plus dans le radio crochet que dans la Star Ac'. On se fiche du potentiel commercial des groupes.


En même temps pour vous c'est mieux qu'ils aient un bon potentiel commercial parce que ça veut dire plus de notoriété pour Les Inrocks.
Il y a des groupes qu'on n'a pas choisis pour CQFD parce qu'ils ne nous plaisaient pas et par la suite ils ont été signés et ils ont très bien réussi. A côté de ça on était les premiers à publier une chanson de
Pauline Croze à une époque où les maisons de disques lui riaient au nez. Elle nous a plu mais jamais je n'aurais cru qu'elle ferait cette carrière. Je suis content pour elle. Par contre quand j'ai reçu Florent Marchet, non seulement il m'a beaucoup plu, mais je me suis dit : "Ce type va être énorme". Bon, il n'est pas encore énorme mais il plait toujours.


Dernière question : que penses-tu de la présence de Philippe Manœuvre dans le jury 2008 de la Nouvelle Star ?
Ah je suis hyper content, ça va être très drôle parce qu'il est très bon dans ce genre d'exercice. C'est quand même un mec qui dégomme des groupes derrière sa machine à écrire depuis plus de 30 ans et là il va avoir la possibilité de le faire en direct, sans aucune retenue, avec des critères d'une mauvaise foi absolue parce qu'il ne les jugera pas sur des critères complètement idiots de technicité. Beaucoup de gens ont dit que cela allait porter atteinte à sa crédibilité. Je ne suis pas d'accord. Je trouve que c'est inespéré pour une émission comme ça d'avoir quelqu'un avec cette verve, cette culture et cet humour. Je pense donc que c'est un excellent choix et je suis impatient de voir ça.


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Fesson - dans MEDIAlogue
commenter cet article

commentaires